Jump to content

Tof

Administrator
  • Content Count

    940
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Tof

  1. https://youtu.be/K1ms5JswPhY
  2. M-Sport progresse bien sur sa WRC pour 2022 Par : Jason Craig 24 mai 2020 à 11:45 Le patron de l'équipe M-Sport indique que les progrès vont bon train concernant la conception d'une nouvelle voiture pour 2022, malgré la crise actuelle du COVID-19. Le WRC étant en pause forcée à cause de la pandémie de COVID-19, Richard Millener et l'équipe M-Sport utilisent le temps libre pour avancer sur les nouveaux projets à l'horizon 2022. Millener n'a toutefois pas indiqué pour le moment sur quel modèle de Ford se baserait la nouvelle machine. L'objectif est d'avoir une première voiture d'essais prête au début de l'année prochaine. La machine utilisera le moteur de l'actuelle Fiesta WRC, couplé à un système hybride conçu par Compact Dynamics. L'énergie récupérée dans les batteries pourra servir à propulser les machines de Rally1 sur les sections de liaison et dans certains secteurs des spéciales. Lire aussi : Les Rallyes de Nouvelle-Zélande et du Japon proches de l'annulation L'arrivée d'un accord avec la FIA et les constructeur rivaux que sont Hyundai et Toyota concernant les dernières réglementations techniques a été d'une grande aide pour M-Sport. Selon Millener, l'équipe britannique a tout de même dû temporairement réduire son équipe de 98% pour répondre à la crise actuelle. "La pause inattendue fait que nos designers ont eu le temps de faire de bons progrès sur le début de la recherche et la conception de la voiture", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Nous faisons de bons progrès, mais il y a également de nouveaux défis car nous n'avons qu'un très petit pourcentage de notre équipe habituelle qui travaille là-dessus. Tout ne peut donc pas aller à fond. La majorité des personnes impliquées sur 2022 ne se déplacerait pas sur les rallyes, mais le manque de rallyes fait qu'il est plus simple de se concentrer là-dessus." Ford Performance, qui est le partenaire technique de M-Sport en Championnat du monde des rallyes, est en contact régulier avec Millener et son équipe. "Sans eux, ce projet serait impossible", explique-t-il. "Ils nous aident sur toutes les parties de la voiture, pas une seule en particulier. Nous avons des réunions quotidiennes avec plusieurs membres de Ford en Europe et aux États-Unis pour garantir que nous travaillons ensemble pour produire la meilleure voiture possible." "Le nouveau règlement entrant en vigueur pour la première manche de 2022, nous n'avons pas beaucoup de temps [pour travailler sur la voiture]. Je pense que nous aimerions, de manière réaliste, voir la voiture rouler 12 mois avant la première manche. Comme vous pouvez le voir, ça ne nous laisse pas longtemps."
  3. Je sais plus où on avait discuté du bouquin de Stéphane Prévot. Je l'ai reçu hier et je l'ai commencé cet aprem. Je suis tellement accro qu'il se peut que je le termine dans le milieu de la nuit 😂 Merci de me l'avoir recommandé
  4. En Rallycross, Lohéac est annulé. Je m'étais dit qu'il pourrait éventuellement combler mon manque d'adrénaline automobile
  5. Totalement d'accord pour les différents formats Un retour de la nuit du Turini ferait tellement de bien au rallye... Mais bon, on a affaire avec des dirigeants légèrement obtus depuis 25 ans...
  6. Neuville : « Si on ne diminue pas les coûts, on ne peut pas y arriver » 20 MAI 2020 Déconfiné depuis le début du mois, Thierry Neuville va regoûter au sport mécanique cette semaine (article à venir) avant de retrouver sa chère Hyundai i20 WRC, on l’espère à la début août en Finlande. En attendant cette reprise, nous avons évoqué deux sujets chauds du WRC avec lui : le format des rallyes et la nouvelle réglementation 2022. Des teams/pilotes/organisateurs, évoquent la possibilité de réduire le nombre de jours pour diminuer les coûts et proposer un maximum d’épreuves pour cette fin d’année, qu’en penses-tu ? « Il ne faut pas être difficile, on doit absolument relancer le championnat. On a déjà l’avantage d’avoir disputé trois épreuves contrairement à d’autres championnats. Cette reprise est importante, les fans sont en manque, je le sens. Soyons flexibles. Le sport a peu d’importances par rapport à la santé, et il faudra se contenter de ce que l’on peut faire. Je ne sais pas trop quoi penser des formats des rallyes. J’aimerais bien une variation parmi les épreuves. En IRC, c’était le cas par exemple. Aujourd’hui, tout se ressemble avec un sprint et des spéciales très connues. Il faudrait des trucs plus endurants, comme par exemple un rallye sur 4 jours en démarrant tôt le matin, et finissant le soir de nuit. Il faut des manches avec des particularités pour créer des histoires, comme avec Ouninpuhja, le Turini ou encore Colin’s Crest. Tout le monde serait gagnant, et notamment les médias avec de nouvelles histoires à raconter. Pourquoi pas 450 km Maxi sur des rallyes du Kenya comme à l’époque. Ou d’autres à 250 km pour de véritables sprints comme en Suède en début d’année. » Tu as critiqué la réglementation 2022 en début d’année en disant ne pas y voir d’intérêt. Qu’en penses-tu maintenant ? « Avant le COVID-19, je disais que si la FIA trouvait des nouveaux constructeurs, je leur tirerais mon chapeau. Mais maintenant avec cette crise, il va être encore plus difficile d’en trouver. Si on ne diminue pas les coûts, on ne peut pas y arriver. Côté mécanique, je regrette vraiment la suppression du différentiel central et le retour du levier de boîte de vitesses. Heureusement, le moteur ne va pas être modifié. Je regardais de près l’évolution de cette réglementation pour savoir si j’étais intéressé de continuer encore pendant plusieurs années en WRC. C’est le cas car la voiture va rester amusante à piloter. Je ne voulais vraiment pas de R5. » Par Julien R.
  7. Le monde d'après n'a pas vraiment changé
  8. Alors l'État qui vient de leur filer 5 milliards 🙄
  9. Les têtes pensantes de la fédé seraient donc incompétentes
  10. Mäkinen : « La voiture 2022 ne sera pas moins chère » 18 MAI 2020 En février dernier, la FIA, par la voix d’Yves Matton, directeur du rallye, a précisé que les WRC hybrides attendues pour 2022 seront moins coûteuses que les WRC actuelles. Pour la FIA, l’objectif est en effet d’avoir un prix global en dessous des 500 000 €, soit une baisse de 40% par rapport à la réglementation actuelle. Pour Tommi Mäkinen, directeur du Toyota Gazoo Racing, une telle différence est impossible, pire encore, le coût serait identique. « Bien qu’un certain nombre de composants de voiture seront à moindre coût, le coût total est plus élevé avec l’unité hybride et la batterie. Le prix du package total va augmenter avec la volatilité des prix. La FIA est maintenant confrontée à son plus grand défi, avec la pression de toutes les directions qui veulent ceci et cela. Mais une certitude, la voiture ne sera pas moins chère. » a commenté le finlandais à Rallit.fi. Même si les constructeurs ne pourront pas disposer des unités hybrides avant janvier prochain, cela n’inquiète pas outre mesure le finlandais. « Le calendrier est réaliste si les règles sont rapidement mises en place. Cependant, il faudra beaucoup de travail. Les pièces nécessaires seront produites dans un délai de six mois. Il faut évidemment des gens pour travailler sur ce projet, mais heureusement nous avons déjà une équipe de planification solide. On peut faire une voiture, mais ça va être dans un temps très court. » Par Julien R
  11. Toyota présent avec cinq voitures en Finlande Par : Michaël Duforest 17 mai 2020 à 10:00 Toyota alignera pas moins de cinq Yaris WRC pour le Rallye de Finlande, qui est quasiment l'épreuve à domicile de l'équipe dirigée par Tommi Mäkinen. Quatre de ces voitures seront confiées à l'écurie officielle, avec les pilotes habituels que sont Sébastien Ogier, Elfyn Evans et Kalle Rovanperä, accompagnés de Takamoto Katsuta. Une cinquième Yaris WRC sera pilotée par Jari-Matti Latvala, et engagée par sa structure privée. Ces cinq pilotes ont déjà participé au Rallye de Suède, deuxième manche du championnat, en février. "C'est une bonne chose d'avoir cinq voitures au départ", a expliqué Tommi Mäkinen. "C'est intéressant pour notre épreuve à domicile, mais aussi pour les fans." Le Rallye de Finlande est pour le moment toujours maintenu aux dates initiales, à savoir du 6 au 9 août prochain. Lire aussi : Après la pause forcée, des WRC "mieux préparées que jamais !" La tenue de l'épreuve sera bien sûr conditionnée à l'évolution de la pandémie de COVID-19, qui a contraint le WRC et l'ensemble des sports mécaniques mondiaux à se mettre en pause depuis mi-mars. Sébastien Ogier a remporté ce week-end-là le Rallye du Mexique, dernière manche disputée pour l'instant en 2020. Le pilote français mène également le classement actuel du championnat du monde, devant son équipier Eflyn Evans, vainqueur en Suède, et Thierry Neuville (Hyundai), vainqueur du rallye d'ouverture, le Monte-Carlo.
  12. Résumé du RAC 94 par Star Production en HD, que demander de plus http://youtu.be/9c3X2twcyVE
  13. Le suspense n'aura pas été long, Sainz chez Ferrari et Ricciardo chez McLaren
  14. Romain Grosjean sera dispo en fin d'année
  15. Vu ses perfs l'an passé, c'est qu'à moitié étonnant...
  16. J'ai hâte de voir ce que vont donner les futurs protos. Il y aura deux catégories Tout d'abord le LMH pour Le Mans Hypercar, en gros des prototypes avec une face avant de voitures civile "reconnaissable". Aston Martin devait dériver son Hypercar de route en version Le Mans mais depuis papa Stroll a racheté la marque et va rebaptiser son équipe Racing Point en Aston Martin F1. A part Toyota il n'y a pas de grands constructeurs en vu. Parmi les petits on a Glickenhaus et Bykolles mais c'est pas eux qui feront de l'ombre à Toyota. Début prévu l'année prochaine Face au manque d'enthousiasme du LMH, l'ACO a discuté avec l'IMSA pour utiliser la futur génération de DPI (Daytona Prototype avec un I à la fin :D:) et les discussions ont aboutis alors qu'elles ont commencé il y a des années. On aura donc en plus des LMH des LMDH (pour Le Mans Daytona Hybride). Comme pour les DPI, il s'agira de partir d'un des quatre châssis LMP2 pour lui ajouter une carrosserie rappelant vaguement le constructeur en question. En DPI il y avait Nissan (châssis Onroak), Mazda (châssis Riley), Acura (châssis oreca) et Cadillac (châssis Dallara). Mazda ne va pas continuer, pour les autres on sait pas^^ Porsche a dit la semaine dernière qu'ils allaient étudier la question (ça sent plutôt bon), il y a aussi des rumeurs pour Ford Reste le cas Peugeot, initialement ils ont dit qu'ils revenaient au Mans en LMH mais depuis l'arrivée des LMDH, ils pourraient changer d'avis. Il faut dire que le coût sera nettement inférieur que les LMH. Début de la catégorie en 2022 a priori La bonne nouvelle y aura une balance de performance entre les deux catégories, on a pas fini d'entendre les polémiques à la con Par contre, point positif les équipes pourront rouler en WEC et en IMSA et ça promet de gros plateaux 😍
  17. Le nouveau défi de Pipo Moteurs avec Glickenhaus Pipo Moteurs se lancera dans le défi du Championnat du Monde d'Endurance et des 24 Heures du Mans en rejoignant l'aventure de la Scuderia Cameron Glickenhaus. Revue de détail avec Frédéric Barozier, patron de l'entité française. La 007 qui répondra au règlement Hypercar. © Scuderia Cameron Glickenhaus Quelques minutes après avoir vu Le Mans 66 au cinéma, le directeur de Pipo Moteurs, Frédéric Barozier, se laisse aller à quelques confidences. « J’ai dit en sortant de la salle que Le Mans faisait partie de mes ambitions, se remémore-t-il. Tout comme Pikes Peak et le Dakar, auquel nous avons participé en début d’année avec RD Limited (équipe de Romain Dumas. Ndlr) et les buggys d’Overdrive ». C’était en décembre. Quelques jours plus tard, celui qui s’est associé à Eximium dans la reprise de Pipo Moteurs fin 2017 - après le départ à la retraite de son fondateur Jean-Pierre Fleur - reçoit un coup de fil d’Igor Zanetti. Ce dernier, chef de projet chez Podium Advanced Technologies (qui gère les activités piste de SCG) est en quête d’un moteur pour la SCG 007 répondant au règlement Le Mans Hypercar. « Surpris ? Oui, je l’ai été, reconnaît Frédéric. Mais ça fait plaisir, car ça prouve que la campagne de communication mise en place depuis près de deux ans et demi commence à porter ses fruits. J’essaie de nous faire connaître et de diversifier nos activités. » Pipo, bien qu’ayant un passé en Tourisme et à l’origine du V8 bi-turbo équipant la Bentley Continental GT3, est surtout connu pour ses activités en WRC. De 1998 à 2005 avec Peugeot, de 2006 à 2012 avec Ford, puis de 2014 à 2016 avec Hyundai qui lui a ensuite confié les projets R5 et TCR avec le succès que l’on connaît. En Rallycross, Pipo a travaillé avec Ken Block en 2012, mais a surtout remporté deux titres en World RX avec Petter Solberg en 2014 et 2015. « Quand SCG nous a appelés, nous n’avons pas tergiversé longtemps, enchaîne notre interlocuteur. James voulait un V6 bi-turbo car il souhaitait avoir pour base un moteur Alfa Romeo. Mais partir d’un moteur de série, nous l’avons fait pendant 20 ans et avons arrêté car c’est plus cher et compliqué que de faire son propre moteur. » Un bloc totalement nouveau donc ? Non, pas vraiment. « Il y a quelques années, nous avons développé notre propre 4 cylindres turbo sur la base de nos 20 ans expérience en WRC et nous continuons à le faire évoluer chaque année pour le WRX, nous a confié le patron de la la société de Guilherand-Granges (Ardèche). L’architecture du V8 bi-turbo est en fait basée sur la version 2020 de ce 4 cylindres en ligne turbo, l’un des joyaux de Pipo. Son développement est financé par la firme américaine, mais il sera disponible à la vente. « Nous gardons l’architecture de la culasse, des soupapes, de la distribution, de la chambre de combustion, des injecteurs, des pistons, etc. En somme tout ce qui fonctionne bien sur un 4 cylindres développant entre 400 et 600 ch, nous a expliqué Barozier. La réglementation actuelle réclame environ 850 chevaux, ce qui ferait 425 par rangée de cylindres, soit un peu plus qu’une WRC 2017 avec la grosse bride et un peu moins qu’un moteur de rallycross 2.0 litres. Après, nous avons fait en symétrie la deuxième rangée de cylindres avec une nouvelle fonderie de culasse puis il nous faudra dessiner le bloc. Nous avançons bien et espérons mettre le moteur au banc courant octobre. » Neuf mois, c’est tout ? « Ça va très vite au début, car nous sommes ''libres'', souligne Frédéric. Mais ça prendra plus de temps quand nous nous attaquerons aux circuits d’eau et d’huile et à tous les systèmes périphériques. Il faudra voir - en fonction du châssis - comment positionner alternateur, échangeur d’huile, etc., mais c’est passionnant. Faire un V8 pour Le Mans, ça ne se refuse pas. Plus encore en notre nom propre, ce qui est important alors que nous avons moins de partenariats avec des grands constructeurs. Si je veux bien continuer à développer des moteurs pour des projets, je veux pouvoir communiquer autour. Quand je démarche, les gens me rétorquent qu’ils ne connaissent pas Pipo Moteurs. Quand j’évoque la Peugeot 206 WRC, leur regard change. Tout le monde connaît ce que nous avons fait, mais personne ne sait que nous étions derrière. » Après avoir triomphé en marque blanche en Tourisme, Rallye et Rallycross, Pipo veut se servir de l’Endurance pour se faire un nom. Thibaut Villemant
  18. C'est pas du rallye mais Corvette et Porsche USA ont déclaré forfait pour des raisons logistiques pour les 24h du Mans (prévus en septembre). Du coup je vois pas comment le WRC pourrait se rendre au Kenya en juillet
  19. Sébastien Ogier : "Je ne veux pas finir ma carrière sur quelque chose de bizarre" Par Sylvain PARET - 14:05 - Temps de lecture : 1 min 1| | Vu 2697 fois Photo Le DL/Gérald LUCAS Et si 2020 n’était pas la dernière année de Sébastien Ogier ? Au vu de la tournure prise par cette saison, la question se pose désormais pour le sextuple champion du monde des rallyes. « Mon plan était de finir cette fin d’année, mais personne n’avait anticipé une telle période et une telle crise, glisse le Haut-Alpin. Si cette saison est complètement amputée, et je ne me suis pas engagé à quoi que ce soit, il y a des chances que cela me donne envie d’en refaire une de plus pour terminer sur une saison normale, et pas sur quelque chose de bizarre comme c’est le cas pour l’instant. Mais encore une fois, on ne sait pas exactement ce qu’on va pouvoir faire ou non cette saison. Ce que j’ai dit (lors d’une interview sur le site Instagram de son partenaire Redbull, ndlr), c’est qu’effectivement cette crise pouvait remettre en question ma décision. » Au début de l’année, 13 épreuves étaient inscrites au calendrier WRC, après que le rallye du Chili a été annulé dès l’automne 2019 en raison de la crise sociale qui sévissait dans le pays. À ce jour, seul le rallye du Portugal, prévu du 21 au 24 mai, a été annulé, alors que trois épreuves ont été disputées en début d’année : le Monte-Carlo, remporté par Thierry Neuville, le rallye de Suède, dominé par Elfyn Evans, et enfin le rallye du Mexique. Remportée par Sébastien Ogier, l’épreuve sud-américaine lui a permis de prendre la tête du championnat du monde.
  20. Sinon voici les premières rumeurs autour du futur remplaçant de Todt
  21. Ça veut dire que Neuville est meilleur que Sainz

La manche précédente en vidéo.

Source : Pablo 46

Classement WRC après le Mexique

  • La photo coup de coeur

    Image à venir...

    Crédit photo : unknown>

    ×
    ×
    • Create New...