Jump to content

Zoréol

forum-rallye
  • Content Count

    2,382
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Zoréol

  1. De Andrea à Andreas, il y a un "s" de différence, celui qui signifie "sympa".
  2. Andreas ne prolonge pas sa collaboration avec Even Management qui gérait sa carrière depuis le début. https://www.evenmanagement.no/news/driver-line-up-change-for-even-management?fbclid=IwAR0TbshN23iEPtFKKPJgtMdYxOppWwJvUzY7DWYeNQCS3-wvF6PjCzZj_M8 Bon, après, ça ne sent pas très bon pour la suite de son engagement en WRC, ça ressemble un peu aux rats qui quittent le bateau, n'ayant plus rien à y grignoter avant qu'il coule.
  3. Je suis atterré par ce qui s'est passé hier ! Sans alimenter une discussion sans fin sur le placement des spectateurs (qui apparemment ont été délogés deux fois par les commissaires avant d'investir de nouveau la place, mais je n'étais évidemment pas sur les lieux pour savoir le fin mot de l'histoire), le risque zéro n'existe naturellement pas. En tout cas, je n'ai jamais assisté à un rallye à la réception d'une bosse où l'on sait très bien que les autos sont susceptibles de raquetter et de partir de façon totalement imprévisible aussi bien à gauche qu'à droite de la route et aller beaucoup plus loin que ce qu'on peut imaginer ! Une anecdote qui me concerne et qui s'est bien terminée. Il y a un temps que les moins de vingt ans, etc., j'étais en ma qualité de plumitif d'Echappement à un rallye du Roussillon. Je m'installe à quelques centaines de mètres de l'arrivée pour faire des photos. Je me place à l'intérieur d'un virage plutôt lent, 70-80, pas plus, sur un rocher abrupt d'un bon mètre cinquante. Un endroit sûr de chez sûr à mon avis. Je fais une vingtaine de clichés (c'était de l'argentique à l'époque), puis je file au parc d'assistance recueillir les impressions des concurrents. Deuxième tour, je vais dans la même spéciale, mais un kilomètre plus haut, je fais encore quelques photos et direction derechef vers le parc. En redescendant avec précaution la spéciale, car les autos roulent encore, je repasse devant l'endroit où j'étais deux heures auparavant. Et là, je découvre la Kadett Gr.2 de Bernard Adell juchée très précisément et contre toute attente sur l'endroit que j'occupais lors du premier passage. Ce jour-là, j'ai compris qu'il n'y a jamais aucune place sans risque à 100% ! J'ai une grosse pensée pour les victimes et leurs familles, pour les organisateurs et pour l'équipage qui doit se sentir très mal.
  4. Oui, parce que des années plus tard, et toujours avec le même Henri, la scène s'est reproduite à peu de choses près au Col de Leschaux lors d'un Mont-Blanc, sauf que là, ce n'était pas la télévision italienne et qu'il faisait nettement moins froid.
  5. Ah ? Je n'en ai pas eu connaissance, mais je te garantis mon anecdote sans plagiat.
  6. Puisque tu parles de Lachamp-Raphaël, une année, je ne sais plus laquelle, nous y sommes avec mon indéfectible pote Henri, un type adorable mais qui a plutôt la tête près du bonnet, et ça tombe bien, le bonnet étant indispensable avec cette burle à décorner tous les cocus de France et d'ailleurs. En ces temps où Michèle n'emmerde pas le spectateur puisqu'elle est dans une auto de course et où les ZP nous paraîtraient aussi saugrenues que le débarquement de petits hommes verts venus de leur OVNI observer le Monte, nous arrivons une bonne demi-heure à l'avance, nous creusons comme nous pouvons des marches dans le talus de neige (à un endroit moyennement safe, mais c'était une autre époque) comme des alpinistes tentant le sommet de l'Everest et nous attendons en essayant de ne pas nous casser la gueule et en nous gelant plus qu'un tantinet les roubignolles. Le temps s'étire à l'infini, c'est de plus en plus difficile de rester là sans ressembler à des surgelés de chez Picard, mais nous tenons bon. Cinq minutes avant le passage de la première auto, deux loustics débarquent avec une énorme caméra et se plantent sans aucune gêne vingt centimètres devant nous, nous masquant la vue sur la spéciale. Henri qui ne s'embarrasse jamais de présentations mondaines tape sur l'épaule d'un des zigues qui jactent un peu le Français : " Tu comptes rester là ? Parce que nous, y a une demi-heure qu'on se gèle les cacahouètes pour voir les autos et tu ne vas pas rester devant ! - Televizione italiana !" Là, le Henri qui mesure un mètre 85 et pèse pas loin de 0,1 tonne monte sur ses ergots et grandit à ma grande stupéfaction d'une dizaine de centimètres. " Si dans les dix secondes tu n'as pas calté, je prends ta caméra, je te colle une droite et je te filme à plat-ventre sur la route, ça fera un bon sujet pour la televizione italiana !" Les gars ont jugé plus prudent d'aller emmerder les autres spectateurs à cinq mètres de là !
  7. Pétard, tes récits sont à archiver ! On a tous plus ou moins vécu ce genre de galère et c'est ce qui nous réunit de nombreuses années plus tard ici !
  8. Moi aussi, je trouve que c'est un passionné à 110% et je le respecte pour ça ! En plus, il a l'air vraiment sympa ! Mais après, ses introspections aux points stops lorsqu'il essaie de regarder son cerveau avec les yeux à l'envers, son cinéma au départ des ES, ses sorties de route redondantes dont un bon nombre dignes de Mister Bean, et maintenant l'annulation envisagée de son mariage pour "se concentrer sur les deux dernières courses", je trouve que ce serait un cas de thèse intéressant si j'étais un carabin en passe de devenir psychiatre. En résumé un type que j'aimerais bien avoir comme copain, mais pas nécessairement dans mon équipe si j'étais team-manager !
  9. Pour samedi au Japon c'est simple, journée carrément annulée, infrastructures les plus fragiles démontées, voitures mises à l'abri dans des garages surélevés car les stands sont susceptibles d'être inondés, spectateurs, teams et journalistes confinés chez eux ou dans leurs hôtels.Si le temps le permet dimanche matin, qualifs à 3 heures pour vous, à 5 heures pour nous. Si les qualifs ne peuvent avoir lieu, la grille sera celle des EL2 qui viennent de s'achever, si toutefois le départ de la course peut être donné ensuite. D'après ce qui a été dit, le plus gros problème ne viendrait pas de la pluie mais de vents monstrueux qui pourraient éventuellement, même dimanche, empêcher l'hélicoptère médical de décoller, et dans ce cas on ne lance pas les pilotes en piste.
  10. Si Ott et à bouts d'habits ne signent pas et que Tonton Malcolm récupère Red Bull et Latvala, taureau, Fiesta, corrida, flamenco au départ des spéciales, toussa, ça va bien ensemble.
  11. Une année, il y a longtemps, au GP du Mexique, Gerhard Berger avait choppé la turista et s'arrêtait régulièrement durant les essais libres. D'humeur taquine, ses mécanos avaient pris un gros scotch jaune et avaient matérialisé la trajectoire la plus directe entre la zone d'arrêt de sa monoplace et les toilettes au fond du stand.
  12. Sa vie privée ne nous regarde pas !
  13. Pétard, Rick, j't'imaginais pas comme ça ! Dis-nous, Romich, tu te déplaces avec ton copilote Neider ?
  14. Ladies and gentlemen, nous vivons une journée historique ! Kalle Rovanperä est premier champion WRC2 Pro et il restera jusqu'à la fin du monde, des temps et au Jugement Dernier le seul spécimen en la matière ! Car comme nous l'a fait fort justement remarquer Tartugue, le WRC2 Pro n'existera plus en 2020. Alors, je vais vous dire un secret : il y a dans les arcanes de la FIA un honorable technocrate haut de gamme spécialisé dans la création de championnats qui sortent de l'ordinaire, un redoutable expert trié sur le volet grâce à des compétences hors-normes. Le pauvre homme se morfond car il ne peut pas en permanence faire phosphorer sa brillante intelligence qui le place largement au-dessus du commun des mortels. La plupart du temps, il est confiné dans son bureau à buller. Néanmoins, conscient du fait qu'il risque de s'étioler dans ce triste état de stabulation, le Président Jean Todt le convie régulièrement à des repas au Pré Catelan ou d'autres tables du genre, arrosés de crus millésimés, de Cognacs hors d'âge qu'il fait passer en tirant sur les meilleurs Davidoff qu'on puisse imaginer, et à quelques balades en jets privés, hôtels cinq étoiles avec lit garni par une pulpeuse créature (en option gratuite) lorsque ladite FIA doit organiser des symposiums indispensables sur la couleur des casques des pilotes F1. Heureusement, pour ne pas qu'un tel talent soit recruté par les chasseurs de têtes d'autres entreprises, on lui donne les pleins pouvoirs lors des années impaires pour laisser libre cours à son incroyable créativité. C'est ainsi qu'en 2015, il a créé le championnat RGT qui n'a connu qu'un exercice à cause de certains activistes pré-Greta, malgré l'enthousiasme des centaines de concurrents sur les listes d'attente. En 2017, on lui doit le WRC Trophy pour les amateurs. Consciente qu'on ne trouvera plus jamais un aussi beau vainqueur que Serderidis, la FIA a préféré rester sur cette excellente impression et n'a pas reconduit. En 2019, on doit encore à son brillant esprit l'avènement du WRC2 Pro qui, après avoir rempli son office consistant à donner un premier titre mondial à un adolescent dont les boutons ont fort heureusement tendance à se raréfier à la suite de traitements de Clearasil administrés par voie externe et interne, y compris intra-veineuses et suppositoires, va mourir prématurément. Pour 2020, notre homme devrait passer le plus clair de son temps à digérer le canard au sang N° 19 234 de la Tour d'Argent en cuvant son douzième hectolitre d'Aloxe-Corton, mais nous pouvons être certains que son contrat l'amènera à ressortir de son bureau vers la fin de l'année et de nous faire part d'un nouveau championnat tout aussi palpitant que ses prédécesseurs en 2021 !
  15. Faut voir avec Krystof, mais ces petites amuseries, c'est comme les crêpes, c'est bon quand c'est chaud. Trois mois après, tu as un peu oublié les détails du déroulement de la course et ça a certainement moins de saveur... Pour mémoire, j'ai commencé au Portugal et je les ai toutes faites depuis.
  16. La PS en images. Putaingue, faut toujours se méfier de ces vieux ! Tu fais un beau début de course, tout le monde te félicite, et soudain ils oublient de fermer la porte de l'EHPAD et y en a un qui vient t'embêter ! Et voilà, zavez vu le boulot des deux vieux lunettus ? Ils sont bien gentils, tous ces gens, ça me donne envie de remettre le couvert ! Bon, le plus dur reste à faire ! En général, quand je monte sur le toit de l'auto, je me casse la gueule et je me ridiculise : c'est pas le moment, avec toutes ces caméras... Je crois que là, maintenant que je suis champion, finie la maternelle ! L'année prochaine, dans la cour des grands et les cadors vont voir de quel bois je me chauffe ! A propos de bois, attendez-vous tout de même à ce que j'en casse pas mal ! Ça ne peut pas rigoler à chaque rallye, mais en tout cas, chez Citroën, on ramène toutes les autos : il ne peuvent pas en dire autant chez Ford et chez Toyota ! Pareil pour moi, j'ai contribué à ramener toutes les Coréennes, malgré ma limande d'hier, et je vous certifie qu'on y voit mieux avec un pare-brise en bon état... Eh bien, je suis content car j'ai piloté... Euh... Enfin... J'ai conduit trois fois une WRC cette année. Je ne vous dis pas "A la prochaine" parce que je ne sais pas si on se reverra. C'est pas facile d'être pilote chez Yaoundé quand vous voyez la tête du patron, parce que vous vous dites que si vous cherchez à résister à Evans et que vous mettez dehors il va vous mordre et que si vous êtes derrière il va vous mordre aussi ! Il y a eu deux moments difficiles dans ma vie : quand j'ai vu pour la première fois mes esgourdes dans une glace et quand j'ai signé la feuille d'engagement du rallye d'Estonie. Enfin, le patron a l'air content... Vous avez vu le Kris ? Pas un tête à queue, pas une touchette, pas une crevaison ! J'voudrais pas cafter, mais on ne peut pas en dire autant de JML, hein ! Ce soir, je vais brûler deux douzaines de cierges à Oliver, il a bien bossé ! Oui, finalement, je vais peut-être le garder, celui-là, avec un double contrat : 800 000 € pour l'ange Oliver, 150 € pour le rouquin. Bon, on s'en sort le moins mal possible, mais si on a sur le goudron catalan le même os qu'en Corse et en Allemagne, ça va pas être la joie ! Pourtant, on fait tout pour progresser ! On essaie d'améliorer le budget, Tatie Picsou Linda est une cheffe d'entreprise avisée : entre les rallyes, elle nous laisse un peu de temps libre pour aller faire les troncs d'église au caramel mou, mais ça ne suffit toujours pas. Bon, Nico, puisqu'après tout c'est ton boulot, tu vas me calculer ça : il nous reste deux épreuves et nous avons 41 points de retard sur Ott. Ça nous laisse quel pourcentage au championnat ? A la remise des prix FIA, quand vous allez voir le drapeau estonien, ça va vous en boucher un coin ! Car maintenant, à part un cataclysme inter-galactique, hein, je ne vois pas ce qui peut nous barrer la route. Vous rigolez moins que quand je barbotais avec les canards mexicains, non ?
  17. Championnat F1 2019 : 16 GP disputés, 9 victoires Hamilton. Championnat Moto GP 2019 : 15 GP disputés, 9 victoires Marquez.
  18. Bon, ce n'est pas bien méchant à côté de ce que les Pythies de service prévoyaient : avec l'ouragan Lorenzo, on allait avoir des annulations de spéciales à tire-larigot, arbres couchés dans les chemins forestiers, ruisseaux débordant, voire d'étapes entières. On a eu un temps bien de saison chez les Gwyndaf et Elfyn, un chouïa de crachin, un soupçon de brume et basta !
  19. En clair, comme l'ES se dispute au-dessus de la mer et qu'une auto peut toujours jouer les Commandant Cousteau, on dispose aux endroits craignos des plongeurs pour récupérer l'éventuel équipage malheureux qui fait plouf. Les conditions atmosphériques empêchant lesdits plongeurs de faire trempette, on annule la spéciale : bon rien à redire, ce n'est pas une moutonnade.

La manche précédente en vidéo.

Source : WRC OFFICIAL

Classements après le wales rally

  • WRC - Tous les classements ICI
  • La photo coup de coeur

    Image à venir...

    Crédit photo : Aurélien Petitnicolas

    ×
    ×
    • Create New...