Jump to content

Poms

Blue
  • Content Count

    73
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    6

Poms last won the day on April 15 2018

Poms had the most liked content!

Community Reputation

249 Neutral

About Poms

  • Rank
    Siri

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Très beau récit, Reghiu je me suis régalé !
  2. Il pleuvait à torrent, le rallye portait bien son Nom " l'Exil" en démarrant ce matin-là, je ne sais pas pourquoi mais je me doutais surtout que j'allais y avoir droit.Quand ma femme et copilote se mit à taper des pieds, j'ai compris que ce gauche 70 pour épingle droite ne passerait jamais à 90.Mais pourquoi ai-je passé cette "pu*#¤g" de 3 ? Elle m’avait bien dit Gauche 70, abruti que je suis, alors j’ai tenté le tout pour le tout ; j'ai collé un coup de freins pied gauche et j’ai jeté l’auto pour la freiner au maximum, je suis entré dans ce virage le nez contre la montagne, dans une glissade somptueuse, façon Ragnotti, le nez toucha légèrement le rocher qui dépassait, j’en suis sorti façon … Pom's … sur le béret. Ah !! si l'avant de la voiture avait mesuré quelques centimètres de moins, çà aurait pu, oui çà aurait pu ... peut-être passer, et ça aurait été "Beau" Je venais de mettre un sacré coup dans mon Proto Dauphine, un vache coup au porte-feuilles et un grand coup à mon moral !Quelques jours plus tard : Donc quand j'ai rectifié la "Pom's Dauphine" (oui je sais c'était facile ), j'ai eu l'occasion de récupérer une caisse d'alpine A110, caisse légère usine, du bol. Mais comme nous n'étions pas les enfants de richissimes rallymen, et que mon compte en banque était loin de ressembler à Crésus, cette belle d’occasion, me fut livrée sans les trains et moteur. Justement ça tombait bien, train arrière et moteur étaient les pièces que je n'avais pas encore réussi à détruire lors de mon atterrissage style albatros sur banquise !Par contre ayant, quelque peu modifié, le train avant dans la sortie de route, dont les roues faisaient un angle ne sachant pas si la voiture voulait aller à droite ou à gauche, j'avais aussi récupéré une sympathique barquette dans un piteux état mais avec le même train avant que je possédais sur la dauf, le fameux train Dangel. Au moment de la démonter, il me vint l’idée saugrenue de ne pas le faire, mais plutôt la remonter. Cette superbe idée ne tint qu'un repas, devant l'insistance de "ma haute autorité" traitant cette malheureuse barquette de cercueil ambulant de danger public et pire de toute insulte "de voiture sans tête". Je retournais au garage, lui retirais son train avant et remis en vente le reste du véhicule.Un casseur de Lunel, vous savez ce genre de type sans foi ni loi avec les voitures qui d'un grand coup de grue en font un cube genre César me la racheta, la repeint, posa sa Pub et l'installa dessus la cahute située à l'entrée de sa casse. Pendant des années en passant devant, j'étais comme un enfant à qui on avait pris son jouet et qu’on avait posé au-dessus de l'armoire parce qu'il avait fait un gros caprice ou qu’il avait eu de mauvaises notes.
  3. Tu oublies au passage de dire que pour vous fêter ça en arrivant sous notre balcon, vous vous êtes retrouvés sous un épisode cévenol (très très) localisé.
  4. Heureusement que je m'en rappelle, je ne dois pas être si vieux que ça 😇😇 😂 J'ai découvert la spéléo, pour moi un sport profond à fond de grottes c'était le pied. Moi qui ai le vertige on ne voit jamais le fond, donc tranquille pas de souci de ce côté là. Je me souviens lors d'une de nos sorties, nous ne franchissions que des petites zones. Pas difficile il ne fallait pas glisser, mais vraiment sans danger. Arrive une faille qu'il fallait enjamber un bon mètre de large, mais avec le petit souci d'une marche d'un mètre de hauteur. Pas de problème pour mes 2 collègues, qui sautent le pas, si l'on peut dire. Arrive mon tour, ayant le sac de bouffe un peu lourd, pour ne pas être déséquilibré, je le fais passer. Erreur de manœuvre ou de rattrapage, mon ami rate la sangle et le sac tombe sur le bord et rebondit pour disparaître dans la faille .... boum badaboum boum boum badabom etc... ce sac qui n'en finit pas de tomber et rebondir contre les parois ....... ......... Et là le BLANC (dans une grotte), impossible pour moi de faire le pas, ce sac n'était tombé peut être que de 4/5 mètres, puisque nous avons pu le récupérer assez rapidement, mais dans ma tête il était au moins à 20/30 mètres et de penser "je vais le suivre" Je suis resté scotché sans bouger, paniqué complètement tétanisé et refusant de monter même avec l'aide de mes deux compagnons, dont un duquel je tairais le nom mais que tout le monde connait ici, ont déployé des trésors de persuasion pour m'expliquer que ce qu'a fait le sac dans ce sens je peux le faire sans problème, que de toute manière les femmes savent où nous sommes, elles appelleront SAMU et Pompiers au pire les Pompes Funèbres. Que si je m'en sortais les oranges seront pour moi et si je ne m'en sortais pas les fleurs iront bien sur ma tombe ...etc..., rien n'y fait ! (tu parles) Cinq bonnes minutes s'écoulent, et la situation est bloquée : alors mes drôles d'amis tentent la dernière chance, ils me tendent une corde à laquelle je m'accroche me crispe et aux cris de "je suis prêt mais ne lâchez pas la corde" ils ont pu me hisser jusqu’à eux. J'étais sauvé !!! Pas rancunier on a partagé le saucisson de l’Aveyron que j'avais dans le fameux sac ! Aujourd'hui j'en rigole mais à l'époque, 1 petit mètre …
  5. Un jour un prof de français m'avait dit : si tu es sorti 2 fois c'est que la première fois tu ne t'y es pas mis assez fort !! 😂 Il avait raison ce jour là je n'ai pas pu me sortir une troisième fois ! 😂😂😂
  6. ... et aux cris de "je suis prêt mais ne lâchez pas la corde" ils ont pu me hisser jusqu’à eux. J'étais sauvé !!!
  7. Oui mais pour cette course là j'étais pilote pas copilote (donc pas de cerveau)
  8. Le Team Ecureuil Toutes les écuries de l'époque avaient un nom qui était souvent lié au nom de la ville, du bar, ou du lieu où se tenait les réunions du club. Voici une anecdote ou comment trouver un nom à notre écurie.L'écurie n'avait pas encore de nom et des équipages étaient engagés aux divers rallyes de notre région. Jusqu'au Critérium des Cévennes 1977 où un de nos pilotes Christian Gelly avec Claude Vallent (Lucifer) un futur copilote de Zoréol, après une sortie de route assez surprenante, finissaient leur rallye perchés en haut d'un arbre. Une peluche d'écureuil (son porte bonheur) était toujours accrochée à son arceau. La légende voulu que l'arbre soit un noisetier, hors dans nos Cévennes ce sont plutôt des châtaigniers. Inutile de vous conter les réactions et dires des autres potes à la vue improbable de la situation. Il n'en fallut pas plus pour trouver la dénomination de l'écurie. Le "Team Écureuil" venait de naître
  9. Pas grave on va mettre ça sur "C'est la faute de l'informatique" Pour Zoréol Je disais donc je ne me souviens plus qu'elle année il me semble que c'était à un retour de ton rallye fétiche le Lozère, pour rester dans certaines galères tu avais passé la nuit dans ton adorable SR2, la raison ... je sais qu'il y avait AM ton ex toi et moi, mais j'ai quelques trous de mémoires (le Maroc peut être) Mais une autre fois c'est moi qui avait passé une longue soirée dedans la aussi la mémoire me fait défaut
  10. Bizarre il y a plusieurs posts que j'ai écrit qui ont disparu, comme celui ou je dis : "Ayant toujours été doué pour débloquer les situations tendues , Comme les roches blanches ou la spéléo" ou un truc que j'avais noté du Lozère avec PH puis j'avais corrigé des fautes sur un texte qui réapparaissent Hou hou les administrateurs que se passe t'il ?
  11. Mon 1er rallye 2ème partie 1ère spéciale je ne m’en sors je pense pas trop mal dans mon nouveau rôle de copilote. Lire les notes n’est pas trop difficile quand on les envoie au bon moment tout va bien et puis finalement l’angoisse, les appréhensions du début disparaissent dans les premiers mètres de la compétition. Tellement bien que dans la 2ème spéciale du même tour, j’annonce un «long gauche à fond, soulagé et 250 m ». Mon pilote écoutant religieusement mes dires, au milieu du virage lève légèrement le pied, la voiture glisse des 4 roues, nous sortons style "Champion du monde" de ce superbe virage. Me sentant des ailes de grand coéquipier, dans la ligne droite, je me hasarde a lui dire, : - A mon avis il passe complètement à fond. !!!!!! Deuxième tour je lui annonce ce fameux gauche en rajoutant - c’est le gauche qui je pense passe a fond. En lui annonçant quand même - long gauche à fond, soulagé et 250 m. Que nenni mon beau frère de pilote lève encore légèrement le pied. La voiture dans une belle glissade se projette dans les 250 m qui suivent. Mais mon intervention trottine dans sa tête, pas trop bavard habituellement, me sort d'une traite et dans une grande tirade : - tu crois ?? - ben oui ... heu enfin je pense ! je lui réponds. 3 ème et dernier tour, notre fameux virage, je prépare et dicte ma note, lui lançant en premier c’est « Nôtre Gauche ! ». Et là le pied soudé il y rentre dedans, la route était assez large à cet endroit bien pris à la corde aucune erreur de pilotage, la voiture des 4 fers glissait vers l’extérieur, mais un poil plus vite que d’habitude. Si bien que le bord de la route avec lequel nous furetions les tours d’avant, passa sous mes roues, la caisse, ses roues, nous étions dans le fossé heureusement peu profond, nous rebondissions comme des cabris, un tour gratuit genre foire du trône. Le pied toujours scotché sur la planche, mon beau frère, se démena comme un beau diable pour revenir sur la route, en jouant de toute sa dextérité au volant et déjouant les pièges de ce fossé glissant, qui, heureusement pour nous, n’avait pas de chemin de traverse. Vous savez le petit pont qui arrête net tous les espoirs de victoire ! Ouf le bitume est revenu sous nos roues !! quel bonheur de revoir si rapidement le long bandeau noir !! En prenant une bonne respiration et avalant ma salive après cette grosse chaleur je lui dis : - On laissera « soulagé » pour l’an prochain !! hein ? Son seul mot fut - Con--rd !!! Épilogue : Le gros mot était sous le choc, il n'a eu aucune suite, nous sommes restés "Beaux Frères", je l'ai encore copiloté plusieurs fois. Inutile de vous dire que çà m’a servi de leçon, maintenant je laisse aux pilotes le soin d’évaluer leurs virages … mais finalement, si on réfléchi bien, je n’avais pas tort, il passait bien à fond celui là, puisque nous l'avons fait… qui à dit "Conn ... ?"
  12. Pour les roches blanches il va falloir que je joue de ma mémoire, mais je vous prépare ça. Pour la spéléo c'est plus facile je l'avais déjà écrit mais pour vous faire languir je vais d'abord vous faire la deuxième partie de mon premier rallye !
  13. 1h30 qui nous avait fait partir de nuit et .... Sans longue portée. Mon pilote ne faisait que dire : "- j'y vois rien j'y vois rien" et bien sûr avant la fin de l'es une belle rampe de phares nous allume pleins feux, nous double et nous enfume. Gentil mon pilote pour ne pas le gêner dans sa maneuvre veut se mettre en code ... Et passe en phare. Oh ! Tiens, me dit il avec une voix penaude, on y voit mieux hein ? ...

La manche précédente en vidéo.

Source : Centre Ouest Rallye

La photo coup de coeur

Image à venir...

Crédit photo : Internet

×
×
  • Create New...