Jump to content

Krystof

Administrator
  • Content Count

    5,211
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    104

Krystof last won the day on August 21

Krystof had the most liked content!

Community Reputation

4,201 Élite

About Krystof

  • Rank
    Phénix
  • Birthday 14/09/1968

Recent Profile Visitors

1,918 profile views
  1. Shakedown - Ogier et Tänak dans le même dixième 22 août 2019 à 14:00 Deux des trois candidats au titre mondial se sont montrés les plus rapides de la dernière séance d'essais groupée, jeudi en fin de matinée, le pilote Citroën devançant d'un dixième de seconde celui de Toyota. Auteur du quatrième temps lors du premier passage dans la spéciale baignée de soleil de St. Wendeler Land (5,2 km), Sébastien Ogier s'est porté en tête de ce shakedown dès le suivant en 2'40''8 et avec, déjà, un dixième d'avance sur Ott Tänak. L'Estonien, qui s'était montré le plus rapide du premier run avec 1"1 d'avance sur Dani Sordo, 1"2 sur Thierry Neuville et 1"9 sur Ogier, a repris l'avantage après la troisième tentative de chacun, en battant d'une demi-seconde le chrono du Français. Mais il s'est contenté du minimum réglementaire de trois passages, alors que le sextuple Champion du monde en a effectué un quatrième en 2'39"7, à l'issue duquel il a retrouvé son avantage d'un dixième. Le coéquipier d'Ogier chez Citroën, Esapekka Lappi, et le troisième larron dans la course au titre, Neuville au volant de sa Hyundai, ont réalisé le troisième temps ex æquo à trois dixièmes de l'autre C3 WRC. Teemu Suninen suivant à six autres dixièmes, les quatre modèles de WRC existants ont été représentés dans le top 5. Derrière l'autre Hyundai de Sordo, resté lui aussi sur trois passages et qui a fini à un dixième du Finlandais, Kris Meeke a terminé avec le sixième temps à 1"2 d'Ogier, devant la troisième i20 WRC d'Andreas Mikkelsen à 1"5 et la troisième Yaris de Jari-Matti Latvala à 1"6. Gus Greensmith, qui remplace encore une fois ce week-end Elfyn Evans chez M-Sport, et Takamoto Katsuta, qui fait ses débuts sur une WRC en mondial avec une quatrième Toyota engagée sous la bannière de Tommi Mäkinen Racing, ont fermé la marches dans la catégorie reine à trois et six secondes respectivement d'Ogier. Si Tänak et Sordo se sont limités à trois passages, on l'a vu, Suninen, Mikkelsen et Greensmith en ont effectué cinq alors que tous les autres se sont arrêtés à quatre. Kalle Rovanperä s'est montré le plus rapide des pilotes d'une voiture de la catégorie R5 regroupant les concurrents du WRC2 Pro et du WRC2, avec une seconde d'avance sur l'autre Skoda officielle de Jan Kopecky et 1''2 sur la nouvelle Ford Fiesta M-Sport d'Éric Camilli. Le revenant Stéphane Lefebvre a signé le sixième chrono sur sa Volkswagen, devant Mads Østberg qui a rencontré un souci technique sur sa Citroën. Le Rallye d'Allemagne débutera ce jeudi soir à 19h13 par une super spéciale disputée sur le même parcours que ce shakedown. Il sera à suivre en direct intégral à partir de vendredi matin sur Motorsport.com.
  2. Moi je n'ai que le compte à rebours sur all live Mais live maps fonctionne
  3. Oui SoR l'a reçu.
  4. Heureusement que le deuxième prend un M
  5. Pour celui ou ceux qui n'ont pas reussi à envoyer leurs prono , vous pouvez réessayer pour voir ?
  6. T'as encore le temps de changer Aurel ... Sinon , perso , je ne met pas le même tiercé que dans le prono ...
  7. Très belles galeries mises à notre disposition par Motorsport Toutes les galeries photos du monde de WRC, depuis 1994 sur Motorsport.com https://fr.motorsport.com/filter/wrc/photos/
  8. En R5 : Kopecký Rovanperä Ostberg
  9. WRC : les enjeux du retour du rallye sur l'asphalte allemand C'est un tournant de la saison après des épreuves souvent courues sur terre, un terrain bien fait pour Ogier et Citroën, aptes à renverser la situation. Source AFP Publié le 21/08/2019 à 18:24 | Le Point.fr Les voitures, en configuration asphalte, sont beaucoup plus basses sur leurs suspensions et dotées de roues et de réglages différents. © NICOLAS ZWICKEL Ött Tänak (Toyota), Sébastien Ogier (Citroën) et Thierry Neuville (Hyundai) vont retrouver l'asphalte à partir de jeudi en Allemagne pour en découdre dans le cadre d'un championnat des rallyes WRC très serré à cinq épreuves de sa conclusion. L'Estonien part favori après sa démonstration impressionnante sur la terre de Finlande il y a deux semaines et fort de ses victoires lors des deux dernières éditions de cette épreuve disputée autour de Trêves dans les vignobles de Moselle. Avec 22 points d'avance sur le Français et 25 sur le Belge, il entend bien ajouter un 5e succès à son tableau cette année. « L'Allemagne est un rallye que j'aime beaucoup », souligne-t-il, « et notre objectif et de le gagner trois fois de suite ». Il affirme toutefois que la course de l'an dernier – lorsqu'il avait battu Thierry Neuville – était « l'une des plus dures de (sa) carrière ». Redoutables Tänak et Neuville Le Belge de chez Hyundai joue, lui, presque à domicile. Natif de Saint-Vith dans la province germanophone de Belgique juste de l'autre côté de la frontière, il a gagné en 2014. « L'Allemagne est une course très dure, car il y a des caractéristiques très différentes chaque jour », précise-t-il. Neuville rappelle, comme Tänak, que la pluie peut venir jouer les trouble-fête, mais la météo s'annonce pour le week-end au beau fixe. Les traversées de coteaux de vignes font partie de la carte postale de Moselle © @World Reste Ogier : le sextuple champion du monde, trois fois premier en 2011, 2015 et 2016, ne cache pas un tropisme familial allemand par le biais de son épouse. Pas au mieux de sa forme en Finlande, il va chercher à prendre sa revanche : « Mon but en Allemagne, une épreuve qui m'a toujours réussi, est d'assurer un bon résultat et de faire un peu pencher la balance en ma faveur au championnat. » Après avoir confirmé qu'il se donnait encore une saison en 2020 avant de quitter le WRC, le Français voudrait bien s'assurer un 7e titre, cette fois-ci pour la marque aux chevrons. Loeb absent Sébastien Loeb ne sera pas de la partie, le responsable de l'équipe Hyundai, Andrea Adamo, alignant aux côtés de Neuville le Norvégien Andreas Mikkelsen et l'Espagnol Dani Sordo, vainqueur en Sardaigne en juin, la marque sud-coréenne gardant les yeux fixés sur le titre constructeurs. Citroën pourra aussi compter sur le Finlandais Esapekka Lappi, qui reste sur une belle 2e place chez lui, alors que chez Toyota, son compatriote Jari-Matti Latvala et le Britannique Kris Meeke tenteront de faire oublier leurs bévues finlandaises qui ont fait perdre un paquet de points à la marque japonaise. « L'Allemagne est un rallye où beaucoup de choses peuvent surprendre un pilote (...) et il faut y avoir confiance dans sa voiture et beaucoup de concentration pour éviter les erreurs », lance en forme d'avertissement son patron, Tommi Mäkinen. Chez Ford, le Britannique Elfyn Evans, qui soigne toujours son dos blessé, laissera encore son baquet à son compatriote Gus Greensmith, l'autre voiture étant confiée comme d'habitude au Finlandais Teemu Suninen. « Avec son expérience du karting, Teemu n'est pas manchot sur l'asphalte et a beaucoup progressé sur cette surface », indique Richard Millener, le patron de M-Sport Ford. Le départ sera donné jeudi soir pour une unique spéciale, le rallye rentrant dans le vif du sujet vendredi. Au total, 19 spéciales sont prévues totalisant 344 kilomètres jusqu'à l'arrivée dimanche avec l'habituelle Power Stage où les cinq premiers pourront ramasser de précieux points pour le championnat
  10. Hayden Paddon va développer une voiture de rallye électrique Hayden Paddon misera sur l'avenir et sur les énergies alternatives en se lançant dans le développement d'une voiture de rallye électrique. Hayden Paddon mise sur l'énergie électrique. © DPPI / T. Fenetre Alors que son retour en WRC s'est trouvé contrarié ces dernières semaines, dans la foulée d'une sortie de route en essais préparatoires au Rallye de Finlande avec M-Sport, Hayden Paddon ne désarme pas. Le pilote kiwi avait annoncé qu'il travaillait toujours à revenir au volant d'une Ford Fiesta de la structure de Dovenby Hall, mais vient de confirmer le lancement d'un projet de toute autre envergure avec le développement d'une voiture de rallye électrique. Au sein de son entité Paddon Rallyesport, l'ancien pilote officiel Hyundai lancera l'Alternative Energy Motorsport Division qui entamera les travaux sur une base de Hyundai Kona. « La voiture est conçue pour pouvoir participer aux rallyes néo-zélandais, tout en permettant de relever les défis environnementaux du rallye tout en affichant des performances supérieures, souligne Paddon. Notre projet a également plusieurs objectifs techniques clés qui permettront de distinguer notre voiture électriques des autres, et de développer une nouvelle ère de son électrique, de sécurité. » Cette voiture est prévue pour débuter sur terre en 2020 avec un programme complet attendu pour 2021 et devrait développer 600 kW. Le projet est soutenu par Hyundai Nouvelle-Zélande et YES Power, et plusieurs partenaires techniques, dont STARD (à la base du Projekt E en Rallycross), l'Université de Canterbury et Callaghan Innovation.
  11. Ogier veut « inverser un peu la tendance » en Allemagne Sébastien Ogier espère revenir réduire son retard sur le leader du championnat Ott Tänak en visant les premières places au Rallye d’Allemagne. Sébastien Ogier / DPPI - François Flamand Après un nouveau succès d’Ott Tänk (Toyota) au Rallye de Finlande, l’Estonien dispose de 22 points d’avance sur Sébastien Ogier au championnat. Le sextuple champion du monde espère donc réduire ce retard en disputant la semaine prochaine le Rallye d’Allemagne qu’il a remporté déjà à trois reprises. « J’arrive en Allemagne, sur un terrain où j’ai toujours été à mon avantage, avec l’objectif d’empocher un bon résultat et d’inverser un peu la tendance au championnat. Nous avons rencontré plusieurs types de conditions atmosphériques en essais et c’est toujours positif », a indiqué le Gapençais. « Disputer le camp militaire en sens inverse fait que ça peut redevenir un juge de paix, même si ces dernières années, la nécessaire gestion des pneus nous empêchait de trop attaquer. Cela reste quoi qu’il en soit une portion délicate à négocier, à l’image du rallye lui-même, où le risque de crevaisons notamment, est plus important qu’à l’accoutumée, en raison des nombreuses bordures présentes dans les vignes, comme autant des petites pierres coupantes qui pullulent dans Baumholder », a précisé le champion du monde en titre. Esapekka Lappi est moins expérimenté que son coéquipier avec 5 départs, mais le Finlandais s’était malgré tout illustré en montant sur la dernière marche du podium l’an dernier. « Mes tests de juin se sont révélés concluants. Outre une demi-journée dans le camp militaire, j’ai effectué une journée complète sur une bonne base, avec un peu tous les types de profils qui nous attendent sur la course, et je me suis senti à l’aise au volant de C3 WRC. Mais c’est toujours difficile de préjuger où l’on va se situer. Entre temps, j’ai aussi réalisé une journée à Satory pour me permettre de retrouver les repères propres à l’asphalte. Je suis donc prêt, et je pense que sur un tel rallye piégeux, outre la vitesse de pointe, il faut aussi se montrer constant tant il se passe toujours beaucoup de choses. Le podium signé l’an passé me l’a démontré », a déclaré le Finlandais. Citroën a brillé sur les terres allemandes en remportant les 11 premières éditions en WRC mais son dernier succès remonte tout de même à 2013 lorsque Dani Sordo s’était imposé sur sa DS 3 WRC. « Après notre deuxième place en Finlande, l’objectif sera de conserver cette bonne dynamique sur cette épreuve asphalte atypique, en accrochant au moins un nouveau podium et en faisant aussi une bonne opération au championnat avec Sébastien, a avoué le directeur de Citroën Racing Pierre Budar. Depuis la Corse, nous avons compris un certain nombre de choses sur le tarmac et mis les bouchées doubles pour y remédier, aussi j’ai espoir que nous retrouvions le haut de l’affiche sur cette manche dont nous connaissons bien les caractéristiques. Nous étrennons d’ailleurs une évolution de notre moteur pour l’occasion. » Jacques-Armand Dupuis
  12. Citroën arrive en Allemagne avec une évolution moteur 19 août 2019 à 14:50 L'équipe officielle Citroën aborde le Rallye d'Allemagne avec une évolution du moteur de sa C3 WRC, et la volonté de faire mieux qu'au Tour de Corse, seule autre épreuve 100% tarmac de la saison. Citroën a préparé le Rallye d'Allemagne, dixième manche du championnat WRC 2019, avec quatre journées d'essais privés. Ces dernières ont permis aux deux pilotes de la marque aux chevrons, Sébastien Ogier et Esapekka Lappi, de se familiariser aux routes particulières, passant notamment par les vignes germaniques. Une évolution moteur, qui nécessite l'utilisation d'un joker, sera également apportée afin d'essayer de faire mieux qu'au Tour de Corse. Sébastien Ogier avait terminé l'autre épreuve asphalte de la saison au deuxième rang, mais à 40 secondes de Thierry Neuville et sa Hyundai. "Après notre deuxième place en Finlande, l’objectif sera de conserver cette bonne dynamique sur cette épreuve asphalte atypique, en accrochant au moins un nouveau podium et en faisant aussi une bonne opération au championnat avec Sébastien. Depuis la Corse, nous avons compris un certain nombre de choses sur le tarmac et mis les bouchées doubles pour y remédier, aussi j’ai espoir que nous retrouvions le haut de l’affiche sur cette manche dont nous connaissons bien les caractéristiques. Nous étrennons d’ailleurs une évolution de notre moteur pour l’occasion", a expliqué Pierre Budar, directeur de Citroën Racing. Pour Sébastien Ogier, l'important sera également d'essayer d'enrayer la dynamique positive dans laquelle se trouve Ott Tänak. Le pilote Toyota a en effet augmenté son avance en tête du championnat lors de la dernière épreuve, en Finlande, et a terminé devant Ogier sur chacun des quatre derniers rallyes. Triple vainqueur en Allemagne, le sextuple Champion du monde espère donc pouvoir retrouver la première marche du podium afin de reprendre les commandes du classement général. Mais attention, la vigilance sera de mise tout le week-end, sur un terrain où l'asphalte n'est jamais dans des conditions optimales, et où de nombreux pièges se cachent... "J’arrive en Allemagne, sur un terrain où j’ai toujours été à mon avantage, avec l’objectif d’empocher un bon résultat et d’inverser un peu la tendance au championnat. Nous avons rencontré plusieurs types de conditions atmosphériques en essais et c’est toujours positif", juge le Français. "Disputer le camp militaire en sens inverse fait que ça peut redevenir un juge de paix, même si ces dernières années, la nécessaire gestion des pneus nous empêchait de trop attaquer. Cela reste quoi qu’il en soit une portion délicate à négocier, à l’image du rallye lui-même, où le risque de crevaisons notamment, est plus important qu’à l’accoutumée, en raison des nombreuses bordures présentes dans les vignes, comme autant des petites pierres coupantes qui pullulent dans Baumholder."

La Finlande en vidéo.

Source :ToutAuCable

Classements après la Finlande

  • WRC - Tous les classements et statistiques ICI
  • La photo coup de coeur

    Image à venir...

    Ott Tänak - Crédit photo : Honza Fronek

    ×
    ×
    • Create New...