Jump to content
Sign in to follow this  
Krystof

Les copilotes du mondial ...

Recommended Posts

Partie de mécano pour Julien Ingrassia

Publié le mercredi 19 décembre 2018 à 17:16

Julien Ingrassia, le copilote de Sébastien Ogier, était la semaine dernière dans les ateliers de Citroën Racing pour apprendre et comprendre le fonctionnement de la C3 WRC.

Ce n'est pas encore Noël et le cadeau n'est pas au pied d'un sapin mais au fond d'un atelier, posé sur des chandelles. À six semaines seulement du Monte-Carlo, les jours sont déjà comptés et il n'est pas question d'attendre pour lire le manuel d'utilisation du jouet. « Pour une fois qu'on a le luxe d'avoir le temps de bien préparer les choses », rappelle Julien Ingrassia. À cette même période, il y a deux ans, fin 2016, le copilote aixois apprenait en effet tout juste qu'il filait chez M-Sport après quatre saisons chez Volkswagen

Cette fois, le futur des sextuples champions du monde a été anticipé, avec un transfert conclu fin septembre et, en ce lendemain de soirée de gala de la FFSA, Julien Ingrassia effectue déjà sa deuxième visite dans les ateliers de Citroën Racing à Versailles-Satory, dans les Yvelines.

La première, fin octobre, visait à affiner la position de son baquet et l'emplacement de divers instruments de bord afin que le copilote soit le mieux installé possible à bord...

 
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

RALLYE D’ARGENTINE ET SECRETS DES ROUGES. LE CARNET DE NOTES PAR… JULIEN INGRASSIA

WRC-2019-ARGENTINE-LA-DS3-CITROEN.jpg

Le copilote français, dont ce sera la dixième participation en Argentine aux côtés de Sébastien Ogier, s’est prêté au jeu des questions-réponses quant à sa relation avec ce pays, son rallye et son atmosphère de fête.

WRC-2019-ARGENTINE-JULIEN-INGRASSIA-et-S

WRC 2019 – JULIEN INGRASSIA et SEB OGIER

Quel est ton meilleur souvenir sur cette manche ?

« Il n’est pas sportif, dans la mesure où on ne l’a jamais gagné. Du coup, c’est compliqué pour moi de ressortir un millésime plus qu’un autre, car il y a toujours un petit truc qui reste en travers de la gorge ! Bien sûr que l’édition 2011, où nous nous étions montrés particulièrement performants à notre deuxième participation seulement, constitue aujourd’hui un bon souvenir, mais je dirai que le meilleur, c’est la découverte lors de mes premières venues, de cette ambiance particulière dans la spéciale d’El Condor.  Il y a évidemment d’autres chronos dans l’année avec beaucoup de monde, mais ce n’est pas dans ces proportions-là, et cela se situe quand même souvent à proximité d’une ville, or là tu es à 2000 mètres d’altitude, dans un paysage à la fois désertique et lunaire. »

As-tu le temps en course de prendre conscience de cette ferveur populaire ?

« En spéciale, c’est toujours compliqué pour le copilote de vraiment se rendre compte de ce qui se passe autour. Depuis qu’El Condor se court dans le sens de la montée, on a quand même un peu de temps pour lever les yeux. Puis les odeurs de barbecue, ces fameux asado, rentrent quoi qu’il arrive dans l’habitacle et parviennent jusqu’à nos narines ! Le secteur de liaison qui mène à cette ES n’étant pas difficile pour nous navigateurs, c’est aussi l’opportunité de constater la file de voitures garées pendant des dizaines et des dizaines de kilomètres sur le bord de la route. »

El Condor constitue-t-elle du coup votre spéciale favorite ?

« Eh non ! Encore moins Mina Clavero – Giulio Cesare courue tout près. Car le sol y est très défoncé, ce qui fait que c’est un peu la loterie. Il  y a toujours de gros risques de retrouver une grosse pierre en plein milieu de la piste, et dans ce cas tu t’exposes au mieux à une crevaison, au pire à un arrachage de roue. »

As-tu eu l’opportunité de t’approprier la culture locale au cours des années ?

« Les premières fois, j’arrivais toujours un peu en avance pour prendre le temps de tout vérifier, ce qui me permettait d’aller faire un tour en ville, car c’est aussi ça le rallye pour moi. Je n’y ai hélas jamais pris de vacances, et j’aimerais d’ailleurs visiter un jour la Patagonie, mais j’ai quand même notamment suivi le Dakar 2015 en spectateur, ce qui fait que je connais quelques bonnes adresses. »

Quelle est ta recommandation de restaurant à Villa Carlos Paz, la ville du rallye ?

« Les spécialistes du  » bife de chorizo  » ont sans doute encore de meilleures adresses, mais je suis allé il y a quelques années à La Volanta, et j’avais trouvé que c’était un bon endroit pour s’imprégner de la passion argentine pour le rallye, avec tous ces posters, casquettes ou photos accrochés au mur. »

SECRETS DE ROUGES

Théâtre de la deuxième participation seulement de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia en Argentine, l’édition 2011 avait vu le duo tricolore mener crânement les débats, jusqu’à une erreur de jeunesse en toute fin de course. Didier Clément, à l’époque ingénieur d’exploitation, et désormais coordinateur technico-sportif des Rouges, se souvient…

« L’Argentine est un terrain assez atypique, avec notamment toutes ses pierres enchassées abordées parfois à très haute vitesse, et il faut généralement beaucoup de métier pour y tirer son épingle du jeu. Or en 2011, Seb n’avait que 27 ans, il n’y comptait qu’une seule participation, conclue à une modeste 7éme place en 2009 avec la C4 WRC, et avait en face de lui tout un tas de vieux briscards tels que Loeb, Solberg, Hirvonen et Latvala.

Or jusqu’au dimanche matin, il avait bluffé son monde par sa maturité et sa maîtrise en faisant une course exemplaire de régularité, avec trois scratches et un 5éme chrono pour plus mauvais temps. Il avait course gagnée lorsque dans le dernier kilomètre de la seule vraie ES du dimanche, Aschochinga – Aqua de Oro, longue de plus de 48 kilomètres, il avait braqué un poil tôt pour un virage et était parti en tonneaux.

Privé de direction assistée et d’aileron pour les trois petites spéciales qui suivaient, il avait au final rétrogradé au 3éme rang, non sans avoir impressionné. »

Julien INGRASSIA

Photos : CITROËN

  • Like 2
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nicolas GILSOUL: La victoire de la maturité… - RALLYE-PASSION FRANCE

RALLYE-PASSION FRANCE

2 Mai 2019

ob_0b1875_15.pngNicolas GILSOUL: La victoire de la maturité…Nicolas GILSOUL: La victoire de la maturité…Nicolas GILSOUL: La victoire de la maturité…

Bonjour à toutes et à tous,

Et de deux !

Comme vous pouvez le deviner, c’est avec délectation que je vous envoie des nouvelles d’Argentine.

Avec Thierry, nous avons remporté notre deuxième victoire consécutive, portant notre avance au championnat à 10 unités.

Même si notre position de ‘balayeurs’ pouvait inquiéter le premier jour.

Avant même de m’envoler pour l’Argentine, j’étais plutôt confiant en consultant les prévisions météorologiques.

La pluie était annoncée, et elle pouvait devenir notre alliée.

En fait, lors des rallyes sur terre, si la météo est mauvaise, deux cas de figure se présentent : soit le parcours est détrempé et la première voiture passe son temps à vider les flaques en perdant du temps, soit c’est juste mouillé, et cela constitue un avantage, avec un grip peut-être meilleur que pour les concurrents s’élançant derrière nous. 

Pour espérer briller dans de telles conditions, il faut soigner les moindres détails lors des reconnaissances.

Celles-ci ont eu lieu dans des conditions dantesques, et avec Thierry, nous avons mis à profit notre bonne connaissance des spécificités du Rallye d’Argentine pour affiner les notes au maximum et envisager les différents cas de figure.

Une fois que l’épreuve démarre, il faut rouler ‘malin’, en conservant une certaine marge. 

Sur un tel parcours, il convient avant tout de préserver l’auto, être prêt à adopter un mode plus conservateur, plus ‘endurance’, notamment au passage des différents gués, afin de ne rien abîmer. 

Ajoutez à cela le travail de nos prévisionnistes au niveau météo, et les personnes de notre entourage qui sont sur les spéciales et qui nous transmettent les dernières infos, et il devient possible d’ajuster en temps réel les réglages de l’auto au gré de l’évolution des conditions.

Comme je l’avais annoncé avant le rallye, l’expérience fait la différence sur une épreuve comme l’Argentine.

J’ajouterais ici que cette victoire est celle de la maturité.

Et cela, on peut en être fiers !

La Hyundai i20 Coupé WRC a été très fiable dans ces conditions, et performantes aussi.

A tel point que la marque a pu célébrer un chouette doublé.

J’étais très content pour Andreas Mikkelsen qu’il ait retrouvé le chemin du podium.

Il semble avoir enfin dégoter ce chat noir qui ne lui a pas facilité la tâche ces derniers mois.

Chez Hyundai, des choses ont evolué durant l’hiver, et on en ressent clairement les effets.

On en veut pour preuve ces deux victoires sur des terrains totalement différents : l’asphalte corse et la terre argentine !

De bon augure pour la suite du championnat. 

Impossible de conclure ce billet sans parler de la ferveur populaire des Argentins, qui sont de vrais amoureux de rallye.

Dans El Condor, les gens sont partout !

De l’habitacle, on peut non seulement les voir, mais on a l’impression de sentir leur omniprésence… et même les effluves des barbecues qui tournent à plein rendement depuis parfois deux jours !

C’est une ambiance semblable à celle d’un stade de foot.

Géant et unique ! 

Cap maintenant sur le Chili, pour la suite de ce périple sud-américain.

Un autre pays, un autre parcours, et pour Thierry et moi, une furieuse envie de poursuivre sur ce rythme effréné qui nous va si bien.

A très vite pour de nouvelles aventures, et merci à tous pour vos innombrables messages.

Ils font office de cerise sur le gâteau. 

Nicolas

Nicolas GILSOUL: La victoire de la maturité…Nicolas GILSOUL: La victoire de la maturité…Nicolas GILSOUL: La victoire de la maturité…Nicolas GILSOUL: La victoire de la maturité…ob_89d0dd_gilsoul.jpg
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

La Finlande en vidéo.

Source :ToutAuCable

Classements après la Finlande

  • WRC - Tous les classements et statistiques ICI
  • La photo coup de coeur

    Image à venir...

    Ott Tänak - Crédit photo : Honza Fronek

    ×
    ×
    • Create New...