Jump to content

Recommended Posts

  • 3 weeks later...
  • Replies 653
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

En pensant à Serge, je vais pour une fois déroger à l'esprit de cette rubrique et parler aviation. J'espère que ce long pavé HS (promis, ce sera la seule fois ! ) en intéressera quelques-uns. Pour les

Rouergue 84 je n'avais pas de gants !Mais là j'étais vraiment embêté c'était la première année qu'ils devenaient obligatoires, alors, je cachais mes mains au départ de la 1ere spécialeAu sortir de cet

Puisqu'il est question de Nicolas le cascadeur, un souvenir d'une époque bénie où l'ouverture de parapluie n'était pas le maître-mot !  En ce temps-là il dit à ses apôtres nous bossions ma femme e

Posted Images

  • 5 months later...

Ça fait un bail que ça ne bouge plus ici !

Je viens de raconter celle-là en réponse à Jean-Louis Clarr qui parlait des freins à main de Ragnotti, je le recopie ici :

Nous sommes en novembre 1969.
Avec deux ou trois copains aussi fondus que moi, nous passons plus de temps sur les bords des spéciales cévenoles pour admirer les équipages en reconnaissances que sur les bancs de nos diverses facs. :ange: 
Après avoir squatté une bonne partie de l'après-midi St Julien de la Nef, nous nous retrouvons Chez Maurice. Euh ! Pas dans le restaurant, hein, nos moyens ne nous le permettent pas. Non, nous dévorons avec l'appétit de nos vingt ans notre sandwich au jambon en attendant. Il est environ 21 heures. Les pilotes qui se sont attardés dans les spéciales arrivent tout juste pour dîner alors que d'autres ont fini leur repas et s'apprêtent à partir pour leurs boucles nocturnes.
C'est le cas de Jean-Marie Jacquemin qui sort sur le perron et se prépare à grimper dans sa R8 Gordini, sans doute l'auto de course, je ne pense pas qu'il avait un mulet, bardée des quatre Oscar Cibié qui vont bien.
A ce moment, un faisceau aveuglant déboule du Rey et la Kadett qui est derrière le faisceau mène bon train. Coup de frein à main, pas hydraulique, après un léger appel-contre-appel et l'Opel vient se garer impeccablement parallèle aux marches du perron, cinquante centimètres devant les Oscar de Jacquemin qui a déjà mis les mains sur la tête.
Un Ragnotti hilare en descend : "T'as eu peur, hein ? Fallait pas..."

Link to post
Share on other sites

Une photo qu'on vient de me faire passer :

big-83130125a9.thumb.jpg.e123c848714f734746096fe42009c34d.jpg

Ronde cévenole 1977, aux essais.

Je suis tout à droite de l'image avec le bob ridicule et la limace à carreaux, en train de filmer.
Le grandas en blanc qui photographie au milieu est Patrice Maisonnasse de Studio 2000 de qui j'ai beaucoup parlé ici-même.
La Rallye 2 Gr.1 est celle de Gilbert Compan qui, pour cette Ronde Cévenole, la partageait avec son copilote habituel, le regretté Jean-Louis Fargues. C'est lui qui est ici au volant. Depuis qu'une coquille sur une liste d'engagés avait fait disparaître le "e" de son nom, ce membre éminent et extrêmement actif de l'ASA Hérault n'était plus connu que sous le nom de "Fargus". :p 
Anecdote qu'il nous avait racontée après cette course : le dimanche, alors qu'il est au volant, un moyeu casse -maladie chronique des Rallye 2- dans l'épingle gauche ronde entre les Quatre Chemins et le Col de Mourèze. On est au tout début de l'épreuve et il lui faudra patienter jusqu'au soir. Des spectateurs très bien organisés le prennent sous leur aile et à midi, c'est l'apéro :

" Pastis ? Martini ? Whisky ? Bière?
- Euh ! Pastis.
- Ricard ? 51 ? Casa ?"

Ensuite, le barbecue est allumé :

" Porc ? Poulet ? Bœuf ? Agneau ?
- Agneau s'il vous plaît.
- Côtelettes ? Tranches de gigot ?"

Et ainsi de suite pour tout le repas... Les gars avaient de quoi tenir un siège d'un mois ! :lol: 

En ce temps-là, j'ai fait plein de films (c'était du super-8 muet). J'aimerais bien vous en faire profiter mais ils ont disparu, mis à la benne par une main malveillante il y a une vingtaine d'années... :bah:

Edited by Zoréol
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...

Comme il n'y a vraiment rien à raconter sur les rallies en cours, il me revient à l'esprit une anecdote.....

En Juin 1985, sort la Renault 5gt turbo. Bénéficiant d'une petite notorieté de clocher, le concessionaire d'Aubenas m'en propose une avec un petit programme. C'est à dire les épreuves intéressant son territoire, à savoir le Tour Auto 1985, le Monte Carlo 1986, et le "bas vivarais" 1986, ancêtre du rallye de l'Ardèche.

Je bénéficie d'une auto neuve à prix coutant (-15%), et la concession met a dispo un vehicule d'assistance ainsi qu'un stock de pièces en dépôt et aide à trouver du sponsoring.

Ma voiture arrive un samedi, et je dois la récupérer dans la soirée pour la descendre le lundi matin à Monfavet, pour que le Simon Racing la prépare.

Ça, c'etait en principe ! Car à 14h, un petit patron du coin et son fils débarquent au garage pour acheter une 5gtt au triste rejeton.

Le vendeur, emporté par l'euphorie de la vente, a la mauvaise idée de lui faire essayer MA voiture. L'essai sera ecourté par une série de tonneaux au franchissement d'un passage à niveau.....

J'avais dans l'idėe de participer à 3 ou 4 rallies pour ne pas decouvrir la R5 au départ au Trocadero. Vu le retard de fourniture, nous n'en ferons que 2 en juillet.

L'Esculape en Lozere et le rally d'Uzès dans le Gard. 2 victoires de groupe ; ça roule bien (à Uzès, 159 voitures au départ, 2ème temps scratch au prologue, remporté par le papa de Mathieu Arzeno sur une R5 Cevennes Gr. B. Tout le monde était autour de ma 5 ! Faut dire qu'elle était superbe dans sa livrée aux couleurs de la régie !). 

La concession était ravie, et après l' Esculape, avait accentué la promo. Ainsi, je fus contacté par ce qu'à l'époque, on appelait une "radio libre", en l'occurence RADIO Pile, qui avait un stand à la foire d'Aubenas.

La voiture y est exposée et je fais la connaissance de son reporter sportif vedette : Arnaud Prioux. Son truc à lui, c'est le foot, et Jacques Vandroux, dont il a pris le look et le bagout, c'est son idole. Mais il s'intéresse et demande à apprendre le rally, même s'il m'avoue ne pas avoir le permis. 

Nous parlons de la prochaine épreuve, Uzès, et il me propose de "couvrir l'événement". On lui installe une caravane au parc d'assistance d'où il fait, tout le week-end, un reportage epoustouflant avec interview en direct sur la radio, au technique, au départ des ES, à la remise des prix, toussa, toussa... En 1985 , il n'y avait que RMC qui faisait mieux !

Le lundi matin, tout Aubenas en parlait ! Ceux à qui je n'ai pas payé à boire ce matin là, devaient être à l'hôpital ou en prison !

La victoire largement exploitée m'apporte notorieté et contrats pub. En trésorerie, on passa de "à peu près juste" à "large, ça va bien, merci".

Arnaud Prioux vient, la semaine suivante, me proposer "un truc ". Il va réaliser un reportage avec des "directs radio" pendant tout le Tour Auto, mais en plus, me demande l'autorisation de réaliser un film sur notre course. Ce film se retrouvera sur cassette VHS, cassettes qu'il veut proposer au grand public par souscription. Je valide bien évidement mon "droit à l'image", d'autant plus qu'il me dit vouloir recommencer pour le Mte Carlo et m'y sponsoriser un peu si l'opération marche.

Arnaud récupère 3 "ptits jeunes" de la radio et monte une asso loi 1901. Ils se font prêter une voiture par Renault Aubenas, vont louer sur Lyon du gros matériel vidéo, et font une pub d'enfer sur la region, au point qu'a 8 jours du départ, le "ptit jeune"  qui préside l'association m'annonce qu'ils ont prévendu 480 cassettes à 100 francs l'unité ! Soit, sans faire injure à vos talents en calcul mental, 48.000 francs. En 1985, le litre d'essence valait à peu près 7 francs et un timbre 2 francs.  Bon à savoir également pour comparer avec aujourd'hui.

Le Tour Auto était le rally le plus primé de la saison. À cette époque seuls les "amateurs" recevaient de l'argent au classement dit "promotion". À ce classement du Tour Auto Champ. d'Europe coeff 4, en finissant 3ème au scratch et premier du groupe N, je reçu un chèque de 35.000 francs. À rapprocher des droits d'engagement a 8.000 frs. Je ne pense pas qu' aujourd'hui, les proportions aient été conservées dans ce domaine.

Bref, revenons en à nos moutons, pour ne pas dire à nos pigeons...

Départ au Tocadero. C'est à Paris, là où des africains essaient de vous vendre des portes clés Tour Eiffel fabriqués en Chine, pendant que des roumaines vous tirent votre portable....

Le parc fermé devant la tour, c'est superbe. Ce qui l'est moins, c'est la tronche des "3 ptits jeunes" qui cherchent en vain Arnaud Prioux pour réaliser des interviews et des images.

J'ai une course à faire, les commissaires techniques sont ultra cons, alors je me dis que les interviews, on les fera plus tard...

Les interviews, on les a jamais faites ! Arnaud Prioux je ne l'ai jamais revu. Je vous explique ce que j'ai appris la ligne d'arrivée franchie.

Arnaud Prioux ne s'appelait pas Arnaud Prioux. Personne n'a jamais vu sa carte d'identité ni son permis de conduire. Je pense même qu'il l'avait et ne conduisait pas pour éviter ce qui aurait pu être révélé par un éventuel contrôle.

Personne n'a jamais connu sa véritable identité. L'association, il n'apparaissait pas dedans, tout en conservant assez d'emprise sur ses 3 membres pour obtenir des chèques en blanc déjà signés. Personne n'a jamais vu la moindre cassette. Le matériel de cinéma n'a jamais été rendu. La voiture de prêt a disparu aprés avoir eté deposée sur le parking de l'hôtel de banlieue choisi par Arnaud.

Les 3 "ptits jeunes" ont dû répondre de tout ça devant la justice. Escroquerie en bande organisée et nombre de chèques sans provisions.

Les gens qui attendaient leur cassette m'insultaient au téléphone. Je n'osais plus mettre les pieds dans le moindre commerce. Je dus ouvrir ma porte aux gendarmes et leur expliquer que j'avais également été escroqué d'une dizaine de cassettes que je comptais offrir...

Il y a prescription aujourd'hui, mais nombreux furent ceux qui eurent mal au cul ! 

RADIO PILE, la pauvre, avait eu tort de s'intéresser au rally disaient certains. Et victime de l'image désastreuse de cette affaire et privée de la confiance des annonceurs, elle disparut, alors que le tort de son président ne fut uniquement, d'avoir engagé un genial escroc ...

Link to post
Share on other sites
Le 26/05/2020 à 13:23, Zoréol a dit :

Il y en a partout, des escrocs, mais il faut bien reconnaître que le sport automobile est un nid... :non:

Sûr ; j'avais refait un faisceau électrique d'un Range, qui devait participer à Paris-Brancard jadis ; le mec avait abandonné une année à Sète, moteur dans le sac ( dixit ) et l'année suivante derrière la première dune.
J'avais ramené le bestiau chez lui, sur les hauteurs de Tanneron, et disons que la taille de la villa n'était pas en rapport avec ses revenus ( connus ) :mmm:

Link to post
Share on other sites
Le 26/05/2020 à 13:23, Zoréol a dit :

Il y en a partout, des escrocs, mais il faut bien reconnaître que le sport automobile est un nid... :non:

Oui,ça c'est bien vrai.

 

J'ai également retenu un truc qui n'a pas beaucoup changé,malheureusement, c'est l'appréciation de notre ami @Mako

concernant les commissaires techniques... :defunes3:

Link to post
Share on other sites

Ah ben puisqu'on me le demande , volontiers ! comme dirait Mado...

Au Trocadero ce jour là j'ai eu affaire à des exemplaires typiques des petits chefs qui ouvrent leurs gueules aux controles et se chient à la maison devant bobonne. D'abord  la plaque de rally n'etait pas parfaitement centrée au milieu du capot avant , pour une meilleure lecture de mon sponsor principal , les eaux de Vals  . Pas negociable il fallut la recentrer. Et pendant 8 jours elle se deplacait sur le coté a la sortie du parc et se retrouvait au milieu  avant de re-rentrer dans un parc.

Ensuite , un copain m' avait confectionnė ,offert et positionnė sur le bas de la vitre arriere un petit autocollant transparent qui affichait : " Je suis encore petite , mais quand je serais grande je serai une Maxi ! ". Le commissaire technique qui devait avoir un humour de brigadier-chef ,  au motif que ca genait la visibilité arriere (tu parles , 5 cm de haut ! ), ne me demande pas de l'enlever, mais l'arrache tout simplement ! Moi, bien moins sage qu' aujourd'hui, j'entreprend en guise de represailles de lui arracher sa chemise.... Intervention d'officiels style chapeaux à plumes pour retablir l'ordre. Je ne manque pas de leur faire remarquer qu'à emmerder les pauvres amateurs qui se bougent le cul pour participer a leur "epreuve de merde", elle mourrait bientot. La suite me donna raison, nous etions au depart de l' avant dernier Tour Auto. 

Mais la matinée me reservait encore des surprise . Mon ami commissaire, la chemise re-rentrée dans le pantalon, se dirigea avec la tronche de Grominet qui aurait coincé Titi vers le capot levé de ma 5 gt. Il me demande de demarrer le moteur , se penche dessus un voltmetre en mains .                                                                                                         " Monsieur, votre vehicule n'est pas conforme, vous ne pouvez prendre le depart et etes mis hors course si vous ne le representez pas remis en conformité d'ici 50 minutes fermeture du controle ".

Atterré je lui demande ce qui ne va pas , pour toute reponse j'ai droit å un " pas mon probleme ", et il me tourne le dos.

Toutes les 5 gt engagėes avaient le meme souci . Nous passions  dernier des 5 gt au controle, mon navigateur m' ayant convaincu d'aller deguster un crėme et des croissants avec vue sur la Tour Eiffel , en combinaison ignifugée , la classe des bouseux a Paris. Toutes les R 5 gt etaient reparties se remettre conformes . Seul comme un con , j'etais sans solutions. Nous étions montes à la capitale seuls tous les 2 mon copilote et moi, pas d'assistance , rien. Je demande à 2 ou 3 personnes, mais sans resultat. Quand j'aperçois Ragnotti. Je lui explique mon souci, precisant bien que ma caisse sort de chez Simon à Monfavet. Il me dit " bouge pas, je reviens" . Et il est revenu avec un mecano "Renault Sport". Celui ci m'explique que sur les 5 gt il y a un pressiostat qui coupe l'allumage quand la pression d'alimentation du turbo depasse 0,8 bar , et que la base de la preparation moteur etant d'augmenter la pression , on court-circuitait le pressiostat. Les techniques ne pouvant augmenter la pression de turbo, voiture a l'arret, ils le verifiaient en pontant le pressiostat le moteur devait  caler.  Il me montre , et le rebranche. Merci Jeannot !

A 12h le rally part de Paris devant une foule d'à peu prės 80 personnes ! Je trouve une cabine telephonique , arrive à joindre mon assistance et leur dis de repartir de Lyon pour venir nous attendre å une station sur l' autoroute. On se retrouve , on parle du probleme . Le mec de Renault Sport m'a expliquė le danger de rouler " conforme ". Chaque fois que le pressiostat s'activera , c'est à dire tout le temps avec une pression à 1,0  il coupera l'allumage , ce qui arretera le refroidissement et la lubrification . Pas grave pour le moteur , mais le turbo lui, a une inertie superieure au moteur qui lui , tourne  vers 6000 t/min , alors que le turbo c'est 80,000 t/min.  Ce qui fait que le turbo tourne encore alors qu'il n'est plus ni lubrifiė ni refroidi , ceci etant assuré par le circuit moteur. A la longue , il surchauffe , d'autant plus qu'il faisait hyper chaud en ce mois de septembre, il casse ou bien , en speciale il eclate, l'huile  brulante se repend et c'est l'incendie . C'est ce qui est arrivė a Garçon dans le Moulinon en haut de La Fayolle. Quand je suis arrivė à sa hauteur pour lui filer mon extincteur , c'etait deja trop tard, l'auto ėtait un brasier, il m'a fait signe de redemarrer.

Il fallait donc trouver " un truc ". Jean Marc  Faure , mecano de mon equipe me dis qu'il faut mettre un interrupteur au tableau de bord. C'est indispensable, mais ca va se voir ! Moi je ne suis pas mecanicien , je suis infirmier å l'epoque, mais je trouve ! On ouvre le faisceau oů se trouve le cable qui alimente le pressiostat et on le connecte å celui de l'allume cigare ! Et oui ! les 5 gt etaient livrėes de serie avec et accessoire, quasi introuvable de nos jours. Ainsi quand j'enfoncais l'allume cigare , au passage de la ligne d'arrivėe d'une speciale, le courant passait , le pressiostat ėtait fonctionnel. Plusieurs fois avant le point stop , nous avons eu droit à des controles surprises. La voiture etait entouree , on nous demandait de lever les mains, un commissaire ouvrait ma porte et actionnait l'ouverture du capot , un autre verifiait avec un voltmere, et un troisieme inspectait tableau de bord et plancher d'un oeil soupçonneux. Le moteur coupait a chaqur fois. Nous adoptions une allure etonnėe et surtout pas moqueuse . Ils n'ont jamais rien trouvė et vu les temps qu'on réalisait m'ont promis un controle approfondi à l'arrivėe. En plus que la hauteur de caisse ne semblait pas conforme à vue de nez, mais ça, on l'a corrigė aprės la derniere speciale. C'etait trės facilement reglable. Nous sommes arrivés sur la Promenade des Anglais avec une R 5  haute a l'arriere comme une 4 L. Mon putain de commissaire ne m'avait pas laché de la semaine et me regardait avec des yeux de cobra.

Controle approfondi, il n'y a pas eu ! Patrick Landon , vu notre classement, a decouragė ces basses intentions. Il a meme fait plus, il est allė voir Simon et lui a demandė si il pouvait faire mieux en prepa sur ma caisse. Le vieux lui a dit qu'elle etait au maxi de l'epoque. En effet , j'avais amenė a Avignon l'auto toute neuve et Momon s'etait occupé de tout ! Prepa moteur , boite,  liaisons au sol, ,arceau cage Matter,  baquets, jusqu'a l'extincteur. Et il lui a dit :

--  On devait se voir avec Jean Marc , aprés le Tour, pour sa facture, il n'a encore rien payė , si vous voulez, vous pouvez l'aider un peu.

Et Renault Sport paya l'integralité de la note .....dont Simon n'a jamais voulu me reveler ni le montant , ni le detail. J'ai la faiblesse de croire que Renault Sport a du payer des jantes et autres babioles font je n'avais pas vu la couleur...

Le truc de l'allume cigare,  je  fermais ma gueule et ne le montrais qu'a Simon , qui l'adopta sur les futures 5 gt  " Made in Monfavet ".

 

Edited by Mako
Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Rapido a dit :

Oui,ça c'est bien vrai.

 

J'ai également retenu un truc qui n'a pas beaucoup changé,malheureusement, c'est l'appréciation de notre ami @Mako

concernant les commissaires techniques... :defunes3:

Pour ré-equilibrer un peu la balance, j'en ai connu deux (mais je ne les ai pas tous connu) qui etait tres sympa, competent et n'etaient tatillons que sur les elements de securité. Le premier , je ne me souviens plus de son nom mais officiait beaucoup en Gard - Lozere - Herault. Il avait la fibre educative et n'hesitait pas  a prendre 20 minutes de son temps pour montrer a un jeune pilote un montage ideal sur une autre voiture que la sienne.

Le second , c'était un garagiste des Vans  en basse Ardeche , dont le marché hebdomadaire est toujours reputė pour proposer un eventail d'herbes et autres poudres de champignons aux vertus pour le moins euphorisantes. A quand un reportage de Jean Pierre Pernaud ?  Il est à noter que sous le ministere des sports de madame Buffet, qui alors  s'evertuait a generaliser les controles anti dopage en dehors du cyclisme , c'est å un rally des Vans que le vainqueur de l'epreuve fut confondu , disqualifié et privé de licence pour positivitė au canabis. C'est , å ce jour, je crois un cas unique dans le rally, mais qui fit beaucoup rigoler pour s'etre produit dans une epreuve qui avait pour centre la plaque tournante du traffic dans notre sud. Le vaiqueur declassė fut même qualifiė de " pilote stupefiant " par un hebdo regional.

Mon garagiste des Vans avait pour nom Michel Boissin , il etait meme devenu technique " international " . Plusieurs annėes apres ce Tour Auto, je lui avouais " l'allume cigare ". Il trouva genial et me felicita. Il est aujourd'hui helas disparu.

Ces gens lå humanisaient le paysage dominé à l'epoque par l'homme au chapeau, Mr Faucon, qui en etait pourtant un vrai....

Edited by Mako
Link to post
Share on other sites

Très sympa, Michel Boissin que j'ai bien connu. :jap:

michel-boissin-1476990678.jpg.00db3688fe238c4de25fbbdb80c19a41.jpg

 

Du côté Hérault - Gard - Lozère, nous avions aussi un trio très agréable qui ne jouaient pas les petits chefs : Davron (je ne me rappelle plus son prénom), Jean-Louis Pous, Christian Rocca. :bien:

Par contre, il fallait si possible éviter un redoutable loustic venant d'un peu plus à l'est, L.L. : nous en avons déjà parlé plus haut tous les deux... :siffle2:

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You are posting as a guest. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...



×
×
  • Create New...