Jump to content
Krystof

Sébastien Ogier

Recommended Posts

Il y a 7 heures, Vince a dit :

 Il avait certainement raison au vu des résultats

Tout est dit...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Vince a dit :

Oui je pensais à 2003 et au MC 2005 aussi où il demandait à Duval d'assurer le doublé au bout de 4ES.... (du coup ça n'a pas trop bien marché avec le Belge ! :dent: )

Et puis aussi au fait qu'il demandait sans arrêt à ces pilotes d'assurer et de ne prendre aucuns risques, allant jusqu'à leur faire la morale sur les freinages et les trajectoires... C'est un peu un autre sujet ça mais je le trouvais un peu lourd quand même le Freq' :bah:! Il avait certainement raison au vu des résultats de Citron sous son ère, mais voilà quoi... :Chirac2:

Pour 2003, si Loeb s'était contenté de rester sur la route en Corse il aurait marqué au moins quelques points, voire même aurait terminé devant Petter Solberg qui avait remporté à cette occasion sa seule victoire sur asphalte, qui s'avérera déterminante lors du bilan comptable de fin de saison. Après c'est pas plus mal que Petter Solberg ait pu remporter ce titre, sinon il aurait été fanny... Et au final pour Loeb 9 ou 10 ça change quoi? A part pour ceux qui aiment bien le buzz et parler de "decima" mais ça c'est juste bon pour les Espagnols (Nadal et le Real...). Cet échec de 2003, qui n'en était pas vraiment un car c'était sa 1ère saison complète Loeb a su en tirer les bonnes leçons.

Fréquelin a été pilote, et pas n'importe quel pilote, vice-champion du monde 1981 derrière Ari Vatanen qui avait remporté le titre lors de la dernière manche au RAC il me semble. A ce titre il pouvait se permettre de parler de pilotage à ses pilotes, d'ailleurs Loeb qui avait juste une petite expérience du rallye quand il est devenu pilote pro (le rallye il a découvert ce que c'était le jour où il a pris son premier départ en amateur, donc 1995 ou 1996) ne pouvait pas rêver meilleur professeur pour lui apprendre toutes les ficelles du métier. D'ailleurs même depuis la retraite de Fréquelin, ce dernier et Loeb restent en contact et s'appellent très souvent.

Fréquelin était un homme qui avait le bon sens paysan, il a passé sa jeunesse à travailler durement à la ferme de ses parents, et dans le team Citroën Racing, sur les vidéos que j'ai pu revoir, on voit que c'est quelqu'un d'exigeant mais qui sait aussi remercier ses hommes. Lors de chaque rallye remporté par Citroën on le voit venir faire la bise à chaque membre du team tout en leur disant merci à chaque fois, quel manager ferait ça encore aujourd'hui? C'est peut-être démodé, mais moi je trouve ça vraiment gratifiant pour les gens qui ont participé, chacun à sa manière, à faire gagner l'auto!

  • Like 6
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ogier : « Le Monte-Carlo se gagne en roulant avec sa tête »

Sébastien Ogier entamera la défense de son sacre mondial sur les routes du Rallye Monte-Carlo, épreuve où il demeure invaincu depuis 2014. Mais la découverte de la Citroën C3 en course sera un paramètre à prendre en compte pour le Français.

Ogier : « Le Monte-Carlo se gagne en roulant avec sa tête » Sébastien Ogier a testé la Citroën C3 sur la neige ces derniers jours avant le Rallye Monte-Carlo. © Red Bull

Dix ans après son premier succès au Rallye Monte-Carlo, alors manche du championnat IRC, Sébastien Ogier va retrouver une épreuve qui lui sourit depuis 2014 et l'époque de la Volkswagen Polo R WRC.

Le quintuple champion du monde s'est notamment imposé ces deux dernières années, avec les nouvelles voitures répondant à une réglementation revue et corrigée par la FIA. Sa victoire de 2017 avait alors eu un parfum particulier pour l'originaire de la région de Gap, lui qui découvrait la Ford Fiesta WRC de M-Sport, avec peu de kilomètres réalisés en essais.

Si Ogier débutera en course au volant de la Citroën C3 WRC jeudi prochain, le vainqueur sortant a pu cette fois bénéficier de plusieurs sessions intensives de préparation.

« J’ai eu une belle variété de conditions sur mes trois jours et demi de roulage, c'est plutôt bien, et ça nous a permis de travailler sur les meilleurs compromis possibles, commente Ogier.

Les sensations sont bonnes. Néanmoins, c’est toujours difficile d’estimer son niveau de performance pour une première course avec une nouvelle voiture. Je vais procéder comme je l’ai toujours fait, en faisant confiance à mon feeling.

D’autant que le Monte-Carlo est un rallye qui se gagne en roulant davantage avec sa tête qu’à la limite, tant les pièges y sont nombreux. C’est un terrain qui m’a en tout cas toujours bien réussi et j’espère que mon expérience m’aidera à nouveau. »

Dans cette optique, Ogier pourra compter sur une C3 modifiée depuis la dernière édition du Rallye Monte-Carlo, qui avait vu Kris Meeke se classer quatrième.

« La C3 WRC a pas mal évolué au niveau amortissement et épures de suspension, et nous avons désormais une base de réglages que nous maîtrisons, explique Olivier Maroselli, directeur technique de Citroën Racing.

Nous avons donc travaillé autour pour disposer d’une voiture facile à piloter, et avoir ainsi la capacité à s’adapter aux conditions d’adhérence variées typiques de cette épreuve. »

En cas de victoire dimanche prochain, Sébastien Ogier pourrait égaler son compatriote Sébastien Loeb au nombre de succès en Principauté (7). Aligné sur sa Hyundai i20 WRC, nul doute que Loeb vise également à jouer sa carte à fond.

Pierre Tassel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rallye - Ogier : « J'aurais préféré que Loeb revienne à plein temps »

Révélation

Contexte:  

Sébastien Loeb fera six apparitions sous les couleurs de Hyundai. Est-ce que ça peut fausser la donne dans le championnat ?

Chaque fois, on ne fait pas la même course, donc c'est toujours des situations particulières. Mais c'est très sympa de le voir ici ! C'est sûr que, personnellement, j'aurais préféré qu'il revienne à plein temps, ça aurait été super pour le championnat d'avoir un autre pilote qui peut se battre pour le titre. Plus on est à se battre, mieux c'est. Mais je sais que dès qu'il sera là, il y aura un candidat de plus pour la victoire.

 

De retour chez Citroën, le sextuple champion du monde évoque ses ambitions pour la nouvelle saison et l'arrivée de Sébastien Loeb chez Hyundai.

Propos recueillis par Antoine Grenapin
Publié le 23/01/2019 à 08:30 | Le Point.fr
Sesbastien Ogier et Julien Ingrassia (Citroen), la semaine derniere, lors d'un test avant le rallye Monte-Carlo, premiere manche de la saison de WRC (rallye) ce week-end. Sesbastien Ogier et Julien Ingrassia (Citroën), la semaine dernière, lors d'un test avant le rallye Monte-Carlo, première manche de la saison de WRC (rallye) ce week-end.    © Citroën Racing/ Aurelien Vialatte

La marque des grands. La saison dernière, Sébastien Ogier était devenu champion du monde des rallyes lors de l'ultime manche de la saison en Australie. Après deux ans chez M-Sport, le Français, désormais six fois champion du monde, retrouve Citroën qu'il avait quitté en 2011. Le natif de Gap espère poursuivre sa moisson de titres, lui qui pointe à trois unités du record détenu par Sébastien Loeb (9 sacres). Ça tombe bien : dès ce week-end sur les routes du Monte-Carlo, il affrontera l'Alsacien qui participera à six manches au volant d'une Hyundai. Et rien de mieux qu'un succès à domicile, là où il s'est déjà imposé à cinq reprises, pour commencer cette nouvelle saison de la meilleure des manières. Avant de s'élancer, Sébastien Ogier évoque pour Le Point ses nouvelles ambitions, l'état de la discipline et son envie d'en découdre.

Le Point : Qu'avez-vous ressenti en enfilant à nouveau la combinaison de Citroën ?

Sébastien Ogier : Ça a ravivé de nombreux souvenirs liés à notre début de carrière. Cela a un côté agréable, quasi nostalgique. Mais cela fait quelques années déjà que je suis parti (il a quitté Citroën en 2011, NDRL), donc ça reste avant tout le début d'une nouvelle histoire.

Pendant deux ans, vous rouliez au sein d'une écurie privée (M-Sport) avec moins de moyens techniques, humains et logistiques. Comment vivez-vous le fait de retrouver une écurie officielle ?

Honnêtement, la différence n'est pas si grande. M-Sport fonctionnait comme une équipe officielle. Au quotidien, ce n'était pas forcément évident de constater des différences. J'espère que le fait d'intégrer à nouveau une équipe officielle va nous offrir plus de possibilités de progresser et d'être performant. Mais il ne faut pas dire non plus que ça a été un changement radical. Certes, il y a des façons de travailler différentes et le retour au français nous change beaucoup, mais cela reste à la marge.

Justement, au-delà de la langue, y a-t-il des spécificités françaises ?

Je ne sais pas si ce sont des spécificités hexagonales, mais chaque équipe a ses habitudes, sa philosophie, sa façon de régler la voiture. Malgré tout, il n'y a pas cinquante recettes pour être performant en sport automobile. Les différences ne sont pas si grandes entre les équipes.

C'est loin d'être gagné d'avance

Quelles sont vos sensations à bord de la nouvelle C3 WRC ? Est-elle apte à viser les victoires et le titre ?

J'espère ! Je suis impatient comme tout le monde de découvrir les premiers chronos pour pouvoir me jauger face à la concurrence. Maintenant, les tests se sont bien passés et les sensations sont assez bonnes au volant. Il y a bien sûr encore du travail à faire avant d'être à 100 %. J'espère avoir suffisamment de préparation pour être performant dès ce week-end.

En tant que tenant du titre, vous ne pouvez que viser le sacre de champion du monde cette année encore ?

Tout autre résultat serait décevant, c'est indéniable. Quand on a gagné les six derniers championnats, ce serait dommage de viser plus bas pour l'avenir. Au vu du contexte, c'est loin d'être gagné. Il va falloir se battre comme toujours et être à notre meilleur niveau pour aller chercher un nouveau titre. L'ambition, on l'a !

La concurrence pousse à l'humilité

Vous avez été sacré lors de l'ultime rallye la saison dernière. Chaque année, vous vous sentez plus fort ?

Finalement pas autant que ça. Bien entendu, l'expérience est un paramètre important dans notre sport et le fait d'avoir accumulé toutes ses années va forcément nous aider. Mais je n'aborde pas la saison en me disant : « Je l'ai gagné six fois, ça va être de plus en plus facile. » Il faut savoir se remettre en question et on repart tous de zéro. La concurrence est de plus en plus forte ces dernières années, donc ça pousse à l'humilité.

Quelles sont justement les forces en présence cette saison ?

Il faudra compter sur Hyundai et sur Toyota. La marque sud-coréenne peut se targuer d'avoir été vice-championne du monde lors des trois dernières saisons avec Thierry Neuville. Ils avaient un «  package  » très performant la saison dernière. Toyota aussi avait fini très fort et ça pourrait être le plus gros danger pour nous. En début de championnat, j'ai l'habitude de dire qu'il ne faut oublier personne et on n'est pas à l'abri d'avoir un autre pilote qui se mêle à la lutte pour le titre.

Loeb, c'est très sympa de le voir ici

Sébastien Loeb fera six apparitions sous les couleurs de Hyundai. Est-ce que ça peut fausser la donne dans le championnat ?

Chaque fois, on ne fait pas la même course, donc c'est toujours des situations particulières. Mais c'est très sympa de le voir ici ! C'est sûr que, personnellement, j'aurais préféré qu'il revienne à plein temps, ça aurait été super pour le championnat d'avoir un autre pilote qui peut se battre pour le titre. Plus on est à se battre, mieux c'est. Mais je sais que dès qu'il sera là, il y aura un candidat de plus pour la victoire.

Où trouvez-vous la motivation, année après année ?

Il s'agit d'une difficulté à laquelle se confronte n'importe quel sportif qui a une carrière qui dure. Quand on a connu quelques succès, il faut se battre pour trouver la motivation. Pour moi cette saison, elle vient aussi du fait de s'élancer dans une nouvelle équipe. Le challenge est excitant : essayer de gagner avec une troisième équipe différente le titre de champion du monde. Et puis il y a toujours le plaisir d'être derrière le volant avec des voitures très excitantes à conduire.

Vous êtes aussi un ambassadeur naturel du WRC. Est-ce que la discipline se porte bien ?

Oui, d'autant qu'actuellement, il y a quatre constructeurs qui se battent pour le titre, ce qui n'a pas toujours été le cas en rallye. Il reste encore des aspects à améliorer. D'un point de vue médiatique, je suis sûr qu'on peut faire mieux. Le format de la course (actuellement du vendredi au dimanche) pourrait être repensé : des rallyes plus compacts, ce serait plus pertinent pour garder l'attention des spectateurs. Le niveau du spectacle mériterait encore mieux !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ogier apporte un vrai plus à Citroën, d'après cette photo Xavier Feuillée collabore avec Citroën Racing pendant les rallyes, ou du moins pendant certains rallyes. C'est son préparateur physique et mental chez qui il fait souvent des stages à Font Romeu dans la structure 321 perform (où Esteban Ocon se prépare aussi depuis la saison dernière). Possible que Lappi puisse également travailler avec lui! Bon le smiley, c'est parce que j'ai trouvé ça sur twitter! :lol:

Ogier321Perform.jpg large.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ogier : « Je ne veux pas perdre de bonnes épreuves en Europe »

1 février 2019

Outre le changement de réglementation pour 2022, le promoteur du WRC a également un énorme travail à poursuivre pour établir le calendrier 2020.

 

En début d’année, Oliver Ciesla avait en effet déclaré vouloir accueillir de nouvelles épreuves dès la saison prochaine, le Kenya et le Japon étant les gros favoris à cette intégration. Seul frein à cette expansion, les différents constructeurs ne veulent pas augmenter le nombre d’épreuves au calendrier et le promoteur n’aura d’autre choix que de supprimer des épreuves européennes.

Face à cette idée, Sébastien Ogier a eu l’occasion de s’exprimer lors du rallye Monte-Carlo, critiquant cette mesure en défendant les épreuves historiques du WRC et notamment celles européennes.

« Je ne suis pas d’accord avec ceci. Je pense qu’il est nécessaire de maintenir les rallyes bien établis dans le championnat du monde, car la plupart d’entre eux ont une grande histoire. En outre, il y a souvent une grande masse de spectateurs sur ces événements. Je suis content de voir de nouveaux rallyes, mais je ne veux pas perdre de bonnes épreuves en Europe.« 

En complément de cette déclaration, le sextuple champion du monde des rallyes émet la possibilité d’une alternance entre des épreuves, comme par exemple entre 2007 et 2010 avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Pour complexifier encore les choses, Oliver Ciesla, directeur de WRC Promoter GmbH, est particulièrement intéressé par le retour du rallye de Pologne, une épreuve où les spectateurs sont toujours en très grand nombre et qui jouit d’une excellente couverture médiatique.

Par Julien R.!
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Kenya c'est du grand n'importe quoi à mon avis. Il faudrait un développement spécial pour les voitures et en terme de marché on ne doit pas être loin du néant...

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Stephane66 a dit :

Le Kenya c'est du grand n'importe quoi à mon avis. Il faudrait un développement spécial pour les voitures et en terme de marché on ne doit pas être loin du néant...

De toute façon, si le Kenya revient, il sera bien aseptisé comparé à ce qu'on avait avant ... Rien qu'avec leur limite à la c** de 350 km par rallye, ça ne sera déjà plus le même rallye. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai eu la chance d'être sur place deux années consécutives, et il est évident que si cette épreuve mythique est de nouveau organisée, cela risque d'être une chiure de mouche par rapport à ce que j'ai eu le plaisir de connaitre, dont la 50ème édition en 2002, la dernière.

2002_Kenya.jpg.6a399b2bed684a901974b9976cb6f5b7.jpg

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bon numéro d'AH de ce mercredi qui revient sur les 100 victoires de Citroën en WRC.

Au sujet du dernier MC, Daniel Grataloup explique que dans la nuit du samedi au dimanche: "une partie de l'équipe a travaillé presque toute la nuit, dans une salle, à l'hôtel, pour trouver une solution (par rapport au problème d'accélérateur de la C3 de SO)."

Problème qu'Ogier aurait soit-disant inventé d'après ce qu'en disaient Neuville et Gilsoul après à l'arrivée! :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème il l'a eu sur le routier entre Gap et Monaco, ça on est d'accord et il n'a aucune raison de l'avoir "inventé" , mais faut aussi reconnaître qu'au vu de ses chronos du dimanche il ne devait plus vraiment être présent le problème hein ! :bah:

Tu ne finis pas à 2" sur 45 min de chronos d'un Tanak et d'un Neuville qui attaquent à bloc, avec le moindre problème, même le plus mineur qu'il soit... C'est juste pas possible :bah:

Y a qu'à voir la perf de Loeb ce même dimanche, qui dit avoir vraiment attaquait et fini à une 1/2 au km ! 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben on n'en sait rien hein , d'après ce qu'il disait , c'etait pas un manque de puissance , c'est juste que quand il freinait , l'auto continuait à accélérer. .. donc , même si ça doit être bien chiant à gérer , ça ne fait pas ralentir l'auto , ensuite , même si (et je dis bien si) le problème n'etait plus présent pendant la spéciale,  tu ne dois pas conduire sereinement et de façon bien concentrée,  donc , ça doit quand même influer sur la perf , même si c'est pour une ou deux secondes .

Edit : et où il dit qu'il a eu ce problème uniquement sur le routier entre Gap et Monaao ?

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Krystof

Citation

Ogier au bout du suspense

Rallye Monte- Carlo

  • L'Équipe
  • 28 Jan 2019
  • JÉRÔME BOURRET

(...)

Retour au petit matin. La grosse vingtaine de membres de Citroën Racing, qui a migré vers Monaco pour l’épilogue de ce 87e Monte- Carlo, scrute la progression des voitures, là- haut dans les montagnes de la Vésubie. Un rétroprojecteur balance au mur les positions GPS des WRC, les résultats des spéciales et les images en direct. Le camp français est en alerte depuis que, la veille au soir, la pédale d’accélérateur de la C3 de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia a fait quelques caprices sur la longue liaison routière les menant de Gap à Monaco. Le genre de péripétie que l’on préfère éviter lorsqu’on ne dispose que d’une poignée de secondes ( 4’’ 3) d’avance au général.

Faute d’assistance matinale, le problème n’est pas réglé lorsque la C 3 se lance à l’assaut du chronomètre. « Même lorsque Seb arrêtait d’accélérer, ça laissait parfois du gaz et ça l’obligeait à sauter sur les freins » , décrira Julien Ingrassia après coup.

Dans ce contexte tendu, le plateau de pissaladière proposé aux techniciens à la pause déjeuner, après deux des quatre spéciales, reste quasiment intact. L’avance d’Ogier est tombée à 3’’ 2. « Ça a du mal à passer, confirme Jean- Marc Finot, le directeur de PSAMotorsport. On a changé d’équipages cet hiver pour être moins stressés, mais c’est raté ! » dédramatise-t- il par une pointe d’humour.

(...)

 

 

Edited by salociN
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

:jap:ok , mais ça ne change rien à mon raisonnement. ..

Révélation

:D:

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Celui de Neuville non plus :Chirac2:

Je pense un peu comme @RP14, c'est un mélange d'excès de prudence, de perte de concentration, et la crainte de voir un problème - au départ anodin - empirer sans que tu puisses comprendre pourquoi (et ça n'aurait pas été la première fois), avec soit la perte du leadership, soit carrément l'abandon.

Neuville serait en tête de ligne pour comprendre cette problématique, lui qui se plaint si souvent d'avoir une voiture très bonne au départ, puis subitement et inexplicablement déconnante juste après. A moins que lui aussi ne pratique le bluff hein :o:

Edited by salociN
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah mais moi aussi je pense la même chose , et Neuville devrait arrêter de faire cette fixette systématique sur Ogier , ça risque de se retourner contre lui le jour où il y aura matière, la redondance de ses déclarations commence à fatiguer tout le monde , c'est dommage,  le mec a du talent et n'a pas besoin de ça pour avancer , bien au contraire , qu'il se concentre sur son objectif .

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Krystof a dit :

Ben on n'en sait rien hein , d'après ce qu'il disait , c'etait pas un manque de puissance , c'est juste que quand il freinait , l'auto continuait à accélérer. .. donc , même si ça doit être bien chiant à gérer , ça ne fait pas ralentir l'auto , ensuite , même si (et je dis bien si) le problème n'etait plus présent pendant la spéciale,  tu ne dois pas conduire sereinement et de façon bien concentrée,  donc , ça doit quand même influer sur la perf , même si c'est pour une ou deux secondes .

Qu'est ce que ça aurait donné alors avec une auto au top ! Il aurait mis une 1/2 au kil à tout le monde !! :ange:

Franchement faut être honnête, à leur niveau, le moindre petit grain de sable dans l'engrenage et tu charges ! C'est le WRC quoi !:bah: Perso je suis persuadé qu'il a bien eu un problème le samedi soir mais les ingénieurs lui ont trouvé une bidouille qui a fonctionné et il a roulé normalement le dimanche. Avec la crainte que ça revienne certes, mais pas avec un problème récurent ! 

Et moi ce qui m'agace c'est que d'un côté on a les pro Neuville qu'il l'accuse de faire du bluff, d'avoir "inventé" ce problème, et de l'autre les pros Ogier qui veulent nous faire croire qu'il a roulé au même rythme que les meilleurs en pleine attaque avec une auto qui n'était pas au top !! Faudrait peut être trouver un juste milieu et être un peu plus objectif :bah:

 

Il y a 7 heures, Krystof a dit :

Ah mais moi aussi je pense la même chose , et Neuville devrait arrêter de faire cette fixette systématique sur Ogier , ça risque de se retourner contre lui le jour où il y aura matière, la redondance de ses déclarations commence à fatiguer tout le monde , c'est dommage,  le mec a du talent et n'a pas besoin de ça pour avancer , bien au contraire , qu'il se concentre sur son objectif .

C'est plutôt la redondance des questions des journaleux qui est fatiguante... Et qui renvoie tjs vers les mêmes réponses !

Et pour continuer la comparaison avec Ogier, c'était pareil à l'époque du balayage sur 2 jours, les types lui en parlaient en permanence ! Beh du coup lui radotait également en permanence la même reponse... Question con réponse con quoi !

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×