Jump to content

Actualité du WRC en général


Recommended Posts

  • Replies 6.3k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

C'est bien cette nomination. Les pilotes TGR vont pouvoir rouler sans retenu. Parce que Latvala qui t'engueule parce que t'as cassé la voiture, ça fait pas crédible 

Kris Meeke est un pilote qui n'a certainement pas besoin d'être présenté , simplement soit vous l'aimez, soit vous le détestez. En tout cas, il est toujours l'un des pilotes qui a manqué le plus en 20

Le père Solberg etait un visionnaire en voulant faire rouler sa fiesta au jus de raisin , lui l'electrique il n'en voulait pas , c'est pour ça qu'il voulait couper tous les poteaux .

Posted Images

Fréquelin : « Loeb se retrouvait avec plus rien »

Guy Fréquelin, l’ex-directeur de Citroën Racing et également ami de Sébastien Loeb, a été invité par AUTOhebdo à commenter la décision de l’Alsacien de rejoindre Hyundai en WRC.

Fréquelin : « Loeb se retrouvait avec plus rien » Sébastien Loeb au Rallye d'Espagne 2018 / DPPI - Jean-Marie Farina

 

La signature de Sébastien Loeb chez Hyundai a créé la surprise dans le monde du sport automobile. Sans programme officiel de la part de Peugeot, le nonuple champion WRC s’est attaqué à un nouveau défi en se voyant proposer un engagement pour 6 rallyes cette année par le constructeur coréen.

Guy Fréquelin, son ancien patron chez Citroën, a été invité par AUTOhebdoà commenter le choix du Français.

Êtes-vous toujours en contact avec Sébastien Loeb ? Vous a-t-il parlé de Hyundai ?

Nous sommes effectivement très souvent en contact. Je savais donc où en était la situation.

Est-ce que vous trouvez qu’il est triste que la relation avec PSA se termine de cette manière ?

Peugeot arrêtant le WRX et Citroën n’ayant plus les moyens pour aligner une 3e voiture avec la perte d’Abu Dhabi, Sébastien se retrouvait avec plus rien. Il pouvait peut-être faire du rallycross en exploitant lui-même les 208, mais c’est beaucoup plus intéressant de saisir l’offre de Hyundai. Comme Seb veut continuer de courir, il ne pouvait pas refuser. Il va pouvoir disputer des épreuves qu’il apprécie en WRC, la discipline où il excelle.

Que pensez-vous que Sébastien Loeb puisse apporter à Hyundai et à Thierry Neuville ?

Avoir un garçon de la trempe de Seb dans ses rangs, avec l’expérience qu’il possède, peut permettre à l’équipe de franchir encore un cap en termes de performances. Les réglages des pilotes actuels ne lui conviendront peut-être pas, ce qui donnera au team l’opportunité d’explorer d’autres voies. Aujourd’hui, on a tendance à dire que la meilleure WRC, c’est la Toyota. Il faut voir comment les autres vont évoluer, la Citroën avec Sébastien Ogier et la Hyundai avec Seb. Pour Neuville, je pense que c’est pas mal. L’expérience de Sébastien peut lui permettre de s’améliorer encore en termes de gestion de course.

Cet interview et le dossier sur le départ de Sébastien Loeb chez Hyundai ont été publiés dans le n°2196 d’AUTOhebdo toujours disponible.

Propos recueillis par Loïc Rocci

Publié le 07-01-2019 10:28

Link to post
Share on other sites

Programme WRC-2 2019 pour Eerik Pietarinen

BY 
JB
  POSTED ON 6 JANVIER 2019POSTED IN: NEWS RALLYES

Eerik_Pietarinen_2019_S.jpg
Le Champion de Finlande des rallyes 2018 Eerik Pietarinen disputera cette année le championnat WRC-2 avec la Skoda Fabia R5 de l’équipe TGS de Toni Gardemeister sur un programme de quatre à six manches européennes.

Le pilote finlandais de 26 ans s’était déjà illustré lors du Rallye de Finlande 2018 en remportant la victoire dans la classe WRC-2 avec la Skoda Fabia R5 TGS devant les Huttunen, Greensmith et Rovanperä…

Credit photo : Urheiluuutiset / Jari Hotti.

 

http://planetemarcus.com/programme-wrc-2-2019-pour-eerik-pietarinen/

Link to post
Share on other sites

Ott Tänak : « Encore plus faim que jamais »

Ott Tänak, troisième du WRC 2018 derrière Sébastien Ogier et Thierry Neuville, se dit plus déterminé que jamais pour décrocher le titre 2019.

Ott Tänak : « Encore plus faim que jamais » Ott Tänak avait pris la deuxième place au Rallye Monte-Carlo en 2018. © DPPI / P. Maria

 

Auteur d'un parcours en dent de scie, mais marqué par ses trois victoires consécutives entre la Finlande et la Turquie l'été dernier, Ott Tänak avait joué le titre Pilotes WRC jusqu'à la finale australienne, face à Sébastien Ogier et Thierry Neuville, malgré un retard conséquent sur le plan comptable.

Le nouveau pilote Toyota Gazoo Racing était finalement contraint de jeter l'éponge suite à un souci mécanique, en vue de l'arrivée. Désormais tourné vers la campagne à venir, qui débutera au Rallye Monte-Carlo (24-27 janvier), l'Estonien estime avoir tous les atouts en main pour s'imposer en 2019.

« J'ai été agréablement surpris de l'évolution et de l'adaptation rapide à de nouvelles personnes et à une nouvelle voiture l'an dernier, commente Tänak.Tout s'est déroulé de façon plutôt aisée.

Après une année commune, la relation est bien établie, nous savons quoi faire et vers où nous diriger, donc je pense qu'en tant qu'équipe, nous sommes vraiment très forts désormais.

Pour 2019, nous avons suffisamment de pression. Bien sûr, gagner le championnat est une chose, mais le conserver la saison suivante est toujours plus compliqué car tout le monde veut vous battre.

Je sais où je me situe, je sais à quoi m'attendre et je sais de quoi on est capable. Débuter une nouvelle saison en sachant tout cela permet d'être un peu plus relax, mais je sais ce qu'il faudra donner pour atteindre nos objectifs.

Etre titré n'est jamais facile, ce sera seulement un pilote à la fin de la saison qui aura cette chance. Mais je sais que je suis dans une bonne équipe, entouré de gens très compétents et tout le monde sait ce qu'il doit faire. Je pense être au bon endroit pour y arriver.

J'ai encore plus faim que jamais, vu que j'ai manqué de peu le sacre l'an dernier. C'était possible, mais malheureusement, nous ne l'avons pas réalisé. »

Sur un terrain où il est montré à deux reprises sur le podium lors des deux dernières saisons (3e en 2017 avec la Ford Fiesta M-Sport, avant de grimper d'un rang avec la Yaris WRC l'an dernier), Ott Tänak sera à coup sûr l'un des favoris du Rallye Monte-Carlo, et pourra compter sur une monture qu'il connaît désormais par coeur.

Tout le contraire de Sébastien Ogier, qui devra poursuivre sa phase d'adaptation à la Citroën C3 WRC. Mais n'est-ce pas le champion du monde qui avait imposé sa Ford Fiesta WRC en 2017 en Principauté, avec seulement quelques kilomètres en essais ?

Pierre Tassel
 
Link to post
Share on other sites

Règlement poids wrc :

714602469_Capturedcran2019-01-0719_08_28.jpg.f7774dee4883f6f051c51c3a8f2ddce1.jpg

L'équipage doit donc afficher une masse mini de 160 kg : si l'on en met 70 pour Loeb et 90 pour Danos, on est dans les clous. Bien sûr, c'est avec combi, casque et Hans : je doute que dans ces conditions, le p'tit père Elena soit "seulement" à 90 kg. Il faut surtout mettre un clic de plus aux amortisseurs de droite ! :langue:

Link to post
Share on other sites

Quand on pense aux efforts des ingénieurs pour gagner 100gr sur certaines pièces,aux efforts

de certains copilotes pour être au poids et en bonne condition physique...

Pour eux,voir arriver le Danos avec sa bouée autour du ventre et gagner en étant 20 bons kg plus lourd

doit être assez démoralisant....!!! :rire:

Edited by Rapido
Correction faute de frappe
Link to post
Share on other sites

Au moins un rallye européen à la trappe en 2020

7 janvier 2019

Exceptée l’instauration du rallye du Chili en 2019, le calendrier WRC n’a finalement pas bougé cette saison, laissant encore une grande place aux manches européennes traditionnelles.

Ogier-Allemagne-2018-8.jpg

Pour 2020, les choses devraient évoluer davantage alors que de nombreux pays seront en fin de contrat à la fin de la saison. En parallèle, deux pays font le forcing pour intégrer le championnat en 2020 : le Japon bien évidemment, mais aussi le Kenya.

Dans une interview au média Autosprint, Oliver Ciesla, directeur du promoteur du WRC, a confirmé cette tendance.

« Il y aura des nouveautés en Europe, puisque la plupart des épreuves mettent fin à leurs contrats en 2019 et que, par conséquent, nous devons négocier avec ces organisations, nous verrons ce qui se passera, mais au moins un rallye européen devra quitter le calendrier. Nous devons en outre regarder d’autres pays eu Europe, car il y a des marchés importants comme la Pologne ou la Croatie, qui veulent revenir ou rentrer.  » a commenté l’allemand.

Et pour trouver les « victimes » de cette ouverture hors Europe, la FIA et le promoteur du WRC n’auront pas à chercher bien loin, les épreuves insulaires de Corse et de Sardaigne étant sur des sièges éjectables depuis un moment.

S’il est appréciable de voir le WRC se diversifier, beaucoup de questions restent en suspens sur le Japon et le Kenya, épreuves favorites pour intégrer le championnat 2020. Pour le premier nommé, la « qualité » du parcours, valeur assez subjective, inquiète au vue des différentes images parues l’an passé. Economiquement par contre, ce rallye présente de gros arguments et Toyota n’attend que ça.

En ce qui concerne le Kenya, l’inconnue est encore totale puisque quatre « sites » sont encore possibles et l’épreuve test de 2019 devrait enfin nous éclaircir sur ce nouveau Safari, évidemment bien éloigné des illustres éditions d’antan. La question de la sécurité est forcément posée et le travail promet d’être colossal pour être au niveau des autres épreuves du WRC.

Par Julien R.
 
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You are posting as a guest. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...



×
×
  • Create New...