Jump to content

Recommended Posts

C'est sûr, ces jeunes inexpérimentés, ça doit rouler pour progresser...  :langue:

Share this post


Link to post
Share on other sites

En tout cas on peut constater qu'il a vraiment envie de bien le préparer son "Deutschland" ! C'est bon ça !! :enjoy:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui , c'est rassurant de savoir qu'il a (ont) encore envie , l'année prochaine il va nous faire un programme complet :loebclope:

  • Like 1
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec du roulage , c'est 2 fois cocorico à chaques rallyes sur le podium ... 

Ou au moins une fois de sûr. ..

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Loeb :

" j'ai eu une apparition,  elle m'a dit de me rendre à Fatima Porta Férrea "

1378144812_2019-05-2308_24_14.png.fa18780d86791a5c86a7c780986917d7.png

 

  • Like 2
  • LOL 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne pense pas que ce soit avec Séverine ?

  • LOL 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/06/2019 à 23:38, Krystof a dit :

Avec sa compane :Capello:

Il a déjà fait des baptêmes  avec sa Miss ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Loeb s'exprime suite aux polémiques du portugal .

 « Pour ce qui est des stratégies qui ont marqué cette course, j'ai évidemment mon avis dessus. Je n'aime pas pour être honnête. Je n'aime pas car je pense qu'il y aurait moyen de les éviter ou du moins de les rendre moins courantes, déclare le pilote alsacien. Je n'aime pas non plus car je me retrouve à me 'mêler' à la bagarre pour le championnat 'pilotes' alors que je ne joue rien personnellement et que je ne suis absolument pas venu pour ça. Et je peux comprendre que cela puisse agacer Seb Ogier ou les autres. »

C'est tout à son honneur :jap:

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'aime pas non plus car je me retrouve à me 'mêler' à la bagarre pour le championnat 'pilotes' alors que je ne joue rien personnellement et que je ne suis absolument pas venu pour ça."

935494623_2019-06-0921_29_49.png.1780cc162d46fed967a0ed975bcc8147.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nonuple champion du monde des rallyes, Sébastien Loeb s’illustre cette saison au volant de la Hyundai i20 Coupé WRC. Sans oublier de se détendre à vélo, à moto, ou à bord de son hélicoptère.

Etes-vous surpris par votre première saison chez Hyundai ?

Sébastien Loeb : Même si l’asphalte a toujours été mon point fort, je me suis mieux adapté à la voiture sur la terre. Au Chili, mon premier rallye sur cette surface, j’ai réussi à me battre avec les meilleurs (3e, premier podium avec Hyundai). Sur asphalte, ma 4e place au Monte-Carlo était pas mal, en ayant « mis le cul » dans la voiture la veille de l’épreuve pour une journée d’essais à tout découvrir en rentrant du Dakar. Surtout qu’aujourd’hui, il y a de la bagarre sur tous les rallyes car les pilotes roulent fort quel que soit le terrain.

L’équipe décrochera-t-elle un titre cette année ?

Sébastien Loeb : Le championnat pilotes ne dépend pas spécialement de moi, le but est déjà d’être champion constructeurs. On se donne les chances d’y arriver, mais la concurrence est là, notamment chez Toyota. En tout cas, on se bat pour être champion.

Qui de Thierry Neuville, Ott Tänak ou Sébastien Ogier vous fait la plus forte impression ?

Sébastien Loeb : C’est sympa d’assister à une lutte à trois pilotes pour le titre, mais dur de les juger car ils n’ont pas la même voiture. Pour moi, le plus impressionnant est Tänak avec sa Toyota. Même en balayant, il a souvent montré qu’il était capable de gagner. Mais ce n’est pas que lui, la voiture y est aussi pour quelque chose.

Chez Hyundai, Neuville profite-t-il de votre vécu en matière de lutte pour le titre ?

Sébastien Loeb : J’essaye d’amener mon expérience, mais Neuville n’est pas un débutant à qui j’arrive pour tout apprendre. Comme Sordo et Mikkelsen, il roule depuis longtemps. Et puis, il n’y a pas vraiment de gestion d’un championnat, tous les pilotes roulent à bloc pour essayer de gagner.

Grâce à l’analyse des caméras embarquées, les pilotes roulent-ils plus vite qu’au début des années 2000 ?

Sébastien Loeb : Au début de ma carrière, ça commençait à peine à exister. Mes adversaires ne les travaillaient pas. Sainz, McRae, Mäkinen, tous ces gars-là n’ont jamais regardé de vidéo de leur vie. Ils faisaient leurs deux passages de recos, rentraient à l’hôtel et jouaient au tennis. Maintenant, on peut voir en ligne les vidéos de tous les pilotes des années précédentes, donc tout le monde les travaille avant de venir sur un rallye. Mais bon, la vidéo, je déteste ça car c’est long, c’est chiant (sourire).

Vous souvenez-vous de votre première voiture ?

Sébastien Loeb : Adolescent, j’allais dans les champs avec la voiture de mon père, une Corsa 1,2 litre. J’ai toujours aimé conduire, du moment que j’arrivais aux pédales. Ma première voiture était une Renault R5 GT Turbo que j’avais achetée à 18 ans, après avoir eu le permis.

Roulez-vous en Hyundai au quotidien ?

Sébastien Loeb : J’ai une i30 N avec laquelle j’amène ma fille à la gym. Sinon, j’ai toujours aimé les voitures de sport parmi des Porsche, Ferrari et Lambo. J’ai une Huracan Performante, une 911 (991) Turbo S et aussi une McLaren 675LT. J’aime en changer régulièrement.

Etes-vous aussi sportif que vos voitures ?

Sébastien Loeb : Je fais un peu de footing, un tour de vélo, mais pas de muscu. Ce qui m’amuse, ce sont les virées d’enduro en forêt avec les potes, pour le côté convivial. Et je suis aussi souvent en hélicoptère, lors de mes longs trajets.

A quand remonte votre passion pour l’hélicoptère ?

Sébastien Loeb : C’est par les rallyes que j’ai découvert ça. Quand j’avais cassé la voiture et qu’on venait me chercher, je me disais que j’avais mis 4h à venir jusque-là et qu’on revenait au parc d’assistance en seulement une demi-heure ! J’aime bien l’hélico car c’est pratique, rapide, mais aussi fin à piloter. Il faut tenir le stationnaire, tout en équilibre et en maniabilité. Une fois qu’on est à l’aise avec, on fait un peu ce qu’on veut.

Circuit, course de côte, rallycross,rallye-raid, vous avez piloté quasiment tout ce qui existe. Un autre défi vous tenterait-il ?

Sébastien Loeb : Je commence à en avoir fait le tour (sourire). Cela dit, j’ai beaucoup aimé le rallycross pour ce côté « bagarre » avec les autres, ça donne beaucoup d’adrénaline. Les voitures sont très puissantes, top à conduire, mais on tourne en rond sur des petits circuits. Pour moi, c’est en rallye que les sensations de pilotage pur sont les meilleures.

Comment définiriez-vous ces sensations ?

Sébastien Loeb : J’adore les spéciales roulantes sur terre, on peut vraiment jouer avec la voiture. Sur un profil rapide comme la Finlande, il y a de la glisse et de la progressivité, donc le pilotage y est amusant. L’asphalte, c’est plus tendu : si tu es 3 km/h trop vite, ça dégage !

Le plaisir de pilotage varie-t-il selon l’enjeu ?

Sébastien Loeb : C’est sûr qu’il est plus excitant d’être en bagarre pour la victoire, ou au moins une bonne place. Depuis 2017, les voitures sont plus performantes, ce qui a rendu le pilotage plus plaisant. Avec le temps, j’aurais pu perdre ce plaisir au volant, mais ce n’est pas le cas. Il est toujours aussi élevé.

Propos recueillis par Richard Burgan

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


La manche précédente en vidéo.

Source : Passats de Canto

La photo coup de coeur

Image à venir...

Dani Sordo - Crédit photo : françoiswizz

×
×
  • Create New...