Jump to content

Les essais - souvenirs et anecdotes


Recommended Posts

  • Replies 225
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Si c'était des photos de partouzes, vous vous chercheriez comme ça aussi?? - C'est toi là sur la photo? - Ah non, le monsieur noir je ne l'ai jamais croisé - Et sur celle-là?? - Ah

Les essais Novikov!!! Un moment vraiment sympa au col de l'Echarrasson avec du full neige!! Il est sortie 2 fois dont une ou nous aurions pu sortir la Ford vu que nous  avions des pelle

Posted Images

En effet! 

Le S2000 a été un gros gavage oui, car il y avait d’un côté les teams officiels et les pilotes soutenus officiellement, et de l’autre côté les programmes privés qui disposaient de S2000 autant compétitives que celles des usines. Puis on sait que le RMC nivelle les performances des autos a cause des conditions...

Il y a eu ausssi le centenaire du RMC, et ça, ça a généré beaucoup d’engagés, et il y a également eu la première apparition officielle en course de la Fiesta S2000. C’était donc au RMC, et au volant, il y avait uniquement Hirvonen. Ça, c’était jusqu’à ce que Jean Bernard Maurin achète un volant à Julien.....

Les essais se sont carrément multipliés! Ça roulait tous les jours. Il fallait absolument que l’auto gagne pour sa première sortie officielle. Je me rappelle d’un repas au Relais du Monarque à Lalouvesc. C’était avec tout le staff Ford, et il y avait comme chef d’orchestre Christian Loriaux bien sûr.

« Putain de merrrte faut qu’elle gagne cette putain d’auto bortel!!! Toutes les autos que j’ai sorti ont gagné à leur première course jusque là! Heureusement qu’on a Hirvo bortel, parce que l’autre blaireau de fils à papa, à part de la fraîche, il nous apporte rien! ...@#%*%#**»

À cette époque, le N4 avait une valeur en IRC, et on avait quelques pointures comme F. Witmann Junior avec sa mitsu, et d’autres avec leurs Sub qui nous réservaient des séances. C’était donc chargé...

Puis il y’a eut Fiat. Ils sont venus 10 jours en tout. Parce qu’à l’époque, alors qu’ils avaient prévu la moitié de leur test dans le Piémont, de terrible chutes de neige, faisant une paire de morts et des sinistrés en par milliers, les empêchaient déontologiquement, de rouler chez eux.

Appel de Renaud Poutot à 7h00 du matin :

- « il me faut des autorisations sur le plateau. Je veux la neige! Il me faut un hôtel aussi! 40 personnes de chez Fiat et 10 de chez nous! Rappelle moi au plus vite! »

Tous les hôtels du plateau sont fermés à cette époque. Mais j’ai comme connaissance le maire de St Cirgues en Montagne, Éric Lespinasse. Il est élu au conseil général de l’Ardèche, et est le propriétaire de l’hôtel Le Parfum de Bois à St Cirgues.

Je l’appelle, lui explique la situation dans laquelle se trouve les italiens, et il me dit tac-o-tac :

 « Pas de soucis, je réouvre l’hotel, et les autorisations, j’en fais mon affaire. Dis moi ce que tu veux! »

4h plus tard, je suis à St Cirgues. Les italiens doivent arriver en début de soirée. 

Je vais faire le tour des zones réservées auprès du maire quelques heures plus tôt, à savoir, la forêt de Mazan, Le Cros de Georand, et une zone communale.

Fin d’après-midi, toujours seul à St Cirgues, au milieu de 80cm de fraîche, je commence à paniquer et à me dire que personne n’arrivera à monter. Que j’aurais dérangé un hôtel, un maire, un président de conseil général, et que je devrais rentrer chez moi sans faire le malin...

1h plus tard, mon boss et ami Renaud arrive enfin... avec 4h de retard... il n’avait pas était gêné par la neige lui, mais par des négociations avec des sponsors pour participer au RMC. Il fût immédiatement pardonné...

23h00, le camion Michelin arrive enfin, et il en a chié...!!!... mais le chauffeur est valeureux et il présente la mine des meilleurs jours :

« Putain de merde je me suis éclaté sur cette neige!!!!!!! »

Il avait une banane comme celle d’un mioche de 8 ans à Europa-park!!

1h00 du matin, il neige en plaine. Les responsables de Fiat nous appellent depuis Lalevade d’Ardèche. Petit port de pêche entre Vals les bains et Burzet

 « On est dans la neige là. Venez nous chercher!!!!!! »

J’ai le 4007 (Outlander) de @Mako. C’est vrai qu’il neige toujours et qu’il y a presque un mètre, alors Renaud et moi on part à leur rencontre. Arrivé à Lalevade, 700 mètres plus bas, c’est de la pluie!!! Y’a pas un flocon! Les ritales nous attendent à côtés d’une ancienne scierie. On garde notre calme malgré l’heure, et on les escorte jusqu’à l’hôtel.

2h15 on arrive! Et là, ils nous disent la gueule enfarinée :

« Et le camion?! On fait comment pour le camion?? »

Nous :

« Mais quel camion?????????? »

Eux

« Celui qui transporte les voitures !!!!!!!!!!! »

Nous

« Mais il est où????? »

Eux :

« Il est passé de l’autre côté! »

Alors pour faire court, ils avaient scindé les équipes en deux. Les VL par en bas, et les VU par en haut (y’a 2 accès).

Nous :

« Bah on en sait rien! Il dit quoi votre chauffeur??? »

Allé, j’abrège! Le chauffeur en question avait stoppé son bahut au premier flocon, et refusait de continuer. Il pensait que le lendemain, les routes seraient dégagées et qu’il pourrait rouler tranquillement. Mais pauvre couillon!!! Tu es en Ardèche!!!!! Si tu attends après ça, tu repars en Mars!!!!!

Après de longues discussions avec nos amis transalpins, autour de verveine du pays (à peine arrivé...) je les convainquais, en leur expliquant que j’étais du pays, que la situation serait bien pire le lendemain!

C'est à presque 3h du matin qu’ils prirent la décision de dire à leur chauffeur de reprendre le volant. Mais ce bougre de chauffeur ne l’entendait pas de cette oreille!

« Non, c’est non! Et si vous m’emmerdez, n’oubliez surtout pas que je suis syndiqué!!! »

1/2 litre de verveine par personne plus tard, j’eus une idée... Si on allait réveiller le chauffeur de chez Michelin! Le gonze avait l’air hyper à l’aise sur la neige!

En temps normal, on n’aurait peut-être pas osé, mais on avait des circonstances atténuantes!!!

3h50 on tape à sa porte! Le mec, fidèle à lui même, ouvre la porte avec le sourire du mec qui vient de coucher avec la femme du patron!

On lui explique la situation, et on lui demande de ramener le camion Fiat avec 2 Punto S2000 de dans, et 80cm de neige dessous! Faut savoir qu’en Ardèche (c’est peut-être partout pareil ailleurs, la DDE passe de 04h30 à 18h30. En dehors de ça, c’est sûr ordre de la gendarmerie ou du préfet).

Notre chauffeur Michelin, toujours avec une gueule d’ange et un léger rictus nous dit qu’il est partant!!!

Avec Renaud et le 4007 de @Mako, on l’amène, non sans mal (et les traces auront servis) jusqu’au camion Fiat. Il est 6km en-dessous du croisement pour le tunnel du Roux. En gros, ce connard de mangeur de pâtes avait 10km à faire! 

Non sans faire la grimace, le chauffeur italien laisse son camion à notre frenchie. Je passe devant avec le 4x4, on roule à 12km/h, mais je tache de toujours de le garder en vue dans le rétro.

5h00 tout le monde peut regagner sa chambre! 

6h00 le réveil sonne, il faut être en place à Mazan à 7h30 :dent:

La suite n’est pas très belle! D’une part parce que nous avons eu autant de neige que les italiens du Piémont (Heureusement sans victime, mais des dégâts importants et pas d’électricité pendant plusieurs jours), et d’autres part parce que tous ces efforts auront conduit à la victoire du fils de Dieu, Sébastien Ogier, sur 207 S2000 BF Goodrich...

Mais oui BORRRTEL (comme dirait Loriaux), on s’est gavé!!!!!!! 

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Cook a dit :

Ensuite ce fut les 1er tour de roues de la DS3 WRC !!!!

4 jours de passé avec Dani Sordo, Loeb et Steph Sarrazin 

 

 

J’ai parlé sur un autre topic de cette séance :dent: 

il y a une heure, Cook a dit :

Essais Michelin

Pilote Stephane Sarrazin

 

 

 

Stéphane est le pilote officiel pour les essais Michelin rallye. On a fait plusieurs séances où on louait un tracteur agricole avec cuve de 5m3 cuve remplie d’eau. C’était pour des essais pneus slick et pneus retaillés sous l’eau, mais c’était en juillet au cœur de l’Ardèche :dent: 

Le paysan n’arrêtait pas de faire des aller retour pour mouiller la route :rofl:

il y a 17 minutes, Cook a dit :

Bouffier sur la 207 S2000 suivi par Solberg avec la meme voiture!!

Ce jour la Bouffier était sortie 2 ou 3 fois magique aussi 

 

 

Sorti oui, et pas qu’un peu. Sous la route bien comme il faut au milieu du Ray Pic, mais l’auto n’avait pas grand chose heureusement. Je crois que c’est l’année où il gagne dailleurs?

Link to post
Share on other sites

Les essais avec Breen sur la Fiesta S2000 de l’academy. Ça me fait froid dans le dos quand j'y pense... son navigateur, Gareth Roberts, décédait 5 mois plus tard, empalé sur une glissière de la Targa Florio... 

J’etais responsable de séance d’essais pour eux. 2 gamins plus jeunes que moi de 4 ans, hyper sympas avec leur team, les spectateurs, et nous les fermeurs. 

Gareth venait systématiquement me dire un mot avant de remonter dans la Fiesta.

Comme je l’ai expliqué un peu plus haut, c’était hyper chargé à cette époque niveau essai. Alors chez Rplus, il n’y avait plus personne. J’ai dit à Renaud que je me demerdais avec mon papa et des connaissances. C’est comme ça que je me suis retrouvé à fermer la plus longues séances d’essais de l’histoire de Rplus Racing, Col des Fourches —-> Mezilhac —-> Marcols les Eaux (12km400 à l’aller seulement!!!!!!!!!!), avec uniquement des spectateurs, devenus copains à force de les voir et de les rencarder sur les essais. Bruno (Zagatoï), Joël (Cubiman), Éric (Saladeburzet), Jean-Marc (mon papa), Matthieu (un ami), Frédéric (aide soignant qui a pris des RTT exprès), Jean-Paul (Aymé)... 

Une journée ensoleillée, où sur ces 24km800 aller / retour, se relayaient Breen et Boland. Et oui, nous avions deux autos à la base tellement on se gavait à l’époque... Boland était en Sub N4.

À la différence de toutes autres séances à laquelle j’ai assistées, celles avec Boland avaient la particularité d’être sous la direction d’un homme admirable, profondément humain et gentil, et surtout excellent pilote, j’ai nommé Dom Buckley. Ce petit bonhomme avait une curieuse façon de procéder. Vous me direz que c’est connu que les anglais fassent différemment des autres. Il me demandait de fonctionner à l’envers du système conventionnel, c’est à dire qu’il fallait que je lui communique lorsque le pilote devait s’arrêter, c’est à dire lorsqu’un riverain, la poste, une infirmière ou un livreur avaient besoin d’emprunter la zone. Normalement, c’est le contraire. Le pilote fait 2 ou 3 runs, et quand il s’arrête, on laisse passer tout le monde. Lui, préférait faire enchaîner les runs tant que la situation le permettait. Et lorsque des véhicules se présentaient à un poste, avec la radio en communication direct avec les copilotes, je demandais à ce qu’ils s’arrêtent à la fin de leur run.

Très disciplinés et respectueux, nos amis british n’attendaient pas d’être revenus à la base, et s’arrêtaient au premier poste fermeur, pour que l’on puisse ouvrir la route aux usagers. Lorsque la voie était libre, le balai des autos de course reprenait de plus bel.

D768A3D5-8CBC-4915-A1A6-B048A3F19D70.jpeg.d2da5869b122c292937e460579cb1618.jpeg

4B431CD3-3A44-43DA-BA3C-5FE23667BF8E.jpeg.30733866fce9bfd8470a62e7523032ce.jpeg

Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Rick a dit :

En effet! 

Le S2000 a été un gros gavage oui, car il y avait d’un côté les teams officiels et les pilotes soutenus officiellement, et de l’autre côté les programmes privés qui disposaient de S2000 autant compétitives que celles des usines. Puis on sait que le RMC nivelle les performances des autos a cause des conditions...

Il y a eu ausssi le centenaire du RMC, et ça, ça a généré beaucoup d’engagés, et il y a également eu la première apparition officielle en course de la Fiesta S2000. C’était donc au RMC, et au volant, il y avait uniquement Hirvonen. Ça, c’était jusqu’à ce que Jean Bernard Maurin achète un volant à Julien.....

Les essais se sont carrément multipliés! Ça roulait tous les jours. Il fallait absolument que l’auto gagne pour sa première sortie officielle. Je me rappelle d’un repas au Relais du Monarque à Lalouvesc. C’était avec tout le staff Ford, et il y avait comme chef d’orchestre Christian Loriaux bien sûr.

« Putain de merrrte faut qu’elle gagne cette putain d’auto bortel!!! Toutes les autos que j’ai sorti ont gagné à leur première course jusque là! Heureusement qu’on a Hirvo bortel, parce que l’autre blaireau de fils à papa, à part de la fraîche, il nous apporte rien! ...@#%*%#**»

À cette époque, le N4 avait une valeur en IRC, et on avait quelques pointures comme F. Witmann Junior avec sa mitsu, et d’autres avec leurs Sub qui nous réservaient des séances. C’était donc chargé...

Puis il y’a eut Fiat. Ils sont venus 10 jours en tout. Parce qu’à l’époque, alors qu’ils avaient prévu la moitié de leur test dans le Piémont, de terrible chutes de neige, faisant une paire de morts et des sinistrés en par milliers, les empêchaient déontologiquement, de rouler chez eux.

Appel de Renaud Poutot à 7h00 du matin :

- « il me faut des autorisations sur le plateau. Je veux la neige! Il me faut un hôtel aussi! 40 personnes de chez Fiat et 10 de chez nous! Rappelle moi au plus vite! »

Tous les hôtels du plateau sont fermés à cette époque. Mais j’ai comme connaissance le maire de St Cirgues en Montagne, Éric Lespinasse. Il est élu au conseil général de l’Ardèche, et est le propriétaire de l’hôtel Le Parfum de Bois à St Cirgues.

Je l’appelle, lui explique la situation dans laquelle se trouve les italiens, et il me dit tac-o-tac :

 « Pas de soucis, je réouvre l’hotel, et les autorisations, j’en fais mon affaire. Dis moi ce que tu veux! »

4h plus tard, je suis à St Cirgues. Les italiens doivent arriver en début de soirée. 

Je vais faire le tour des zones réservées auprès du maire quelques heures plus tôt, à savoir, la forêt de Mazan, Le Cros de Georand, et une zone communale.

Fin d’après-midi, toujours seul à St Cirgues, au milieu de 80cm de fraîche, je commence à paniquer et à me dire que personne n’arrivera à monter. Que j’aurais dérangé un hôtel, un maire, un président de conseil général, et que je devrais rentrer chez moi sans faire le malin...

1h plus tard, mon boss et ami Renaud arrive enfin... avec 4h de retard... il n’avait pas était gêné par la neige lui, mais par des négociations avec des sponsors pour participer au RMC. Il fût immédiatement pardonné...

23h00, le camion Michelin arrive enfin, et il en a chié...!!!... mais le chauffeur est valeureux et il présente la mine des meilleurs jours :

« Putain de merde je me suis éclaté sur cette neige!!!!!!! »

Il avait une banane comme celle d’un mioche de 8 ans à Europa-park!!

1h00 du matin, il neige en plaine. Les responsables de Fiat nous appellent depuis Lalevade d’Ardèche. Petit port de pêche entre Vals les bains et Burzet

 « On est dans la neige là. Venez nous chercher!!!!!! »

J’ai le 4007 (Outlander) de @Mako. C’est vrai qu’il neige toujours et qu’il y a presque un mètre, alors Renaud et moi on part à leur rencontre. Arrivé à Lalevade, 700 mètres plus bas, c’est de la pluie!!! Y’a pas un flocon! Les ritales nous attendent à côtés d’une ancienne scierie. On garde notre calme malgré l’heure, et on les escorte jusqu’à l’hôtel.

2h15 on arrive! Et là, ils nous disent la gueule enfarinée :

« Et le camion?! On fait comment pour le camion?? »

Nous :

« Mais quel camion?????????? »

Eux

« Celui qui transporte les voitures !!!!!!!!!!! »

Nous

« Mais il est où????? »

Eux :

« Il est passé de l’autre côté! »

Alors pour faire court, ils avaient scindé les équipes en deux. Les VL par en bas, et les VU par en haut (y’a 2 accès).

Nous :

« Bah on en sait rien! Il dit quoi votre chauffeur??? »

Allé, j’abrège! Le chauffeur en question avait stoppé son bahut au premier flocon, et refusait de continuer. Il pensait que le lendemain, les routes seraient dégagées et qu’il pourrait rouler tranquillement. Mais pauvre couillon!!! Tu es en Ardèche!!!!! Si tu attends après ça, tu repars en Mars!!!!!

Après de longues discussions avec nos amis transalpins, autour de verveine du pays (à peine arrivé...) je les convainquais, en leur expliquant que j’étais du pays, que la situation serait bien pire le lendemain!

C'est à presque 3h du matin qu’ils prirent la décision de dire à leur chauffeur de reprendre le volant. Mais ce bougre de chauffeur ne l’entendait pas de cette oreille!

« Non, c’est non! Et si vous m’emmerdez, n’oubliez surtout pas que je suis syndiqué!!! »

1/2 litre de verveine par personne plus tard, j’eus une idée... Si on allait réveiller le chauffeur de chez Michelin! Le gonze avait l’air hyper à l’aise sur la neige!

En temps normal, on n’aur peut-être pas osé, mais on n’avait des circonstances atténuantes!!!

3h50 on tape à sa porte! Le mec, fidèle à lui même, ouvre la porte avec le sourire du mec qui vient de coucher avec la femme du patron!

On lui explique la situation, et on lui demande de ramener le camion Fiat avec 2 Punto S2000 de dans, et 80cm de neige dessous! Faut savoir qu’en Ardèche (c’est peut-être partout pareil ailleurs, la DDE passe de 04h30 à 18h30. En dehors de ça, c’est sûr ordre de la gendarmerie ou du préfet).

Notre chauffeur Michelin, toujours avec une gueule d’ange et un léger rictus nous dit qu’il est partant!!!

Avec Renaud et le 4007 de @Mako, on l’amène, non sans mal (et les traces auront servis) jusqu’au camion Fiat. Il est 6km en-dessous du croisement pour le tunnel du Roux. En gros, ce connard de mangeur de pâtes avait 10km à faire! 

Non sans faire la grimace, le chauffeur italien laisse son camion à notre frenchie. Je passe devant avec le 4x4, on roule à 12km/h, mais je tache de toujours de le garder en vue dans le rétro.

5h00 tout le monde peut regagner sa chambre! 

6h00 le réveil sonne, il faut être en place à Mazan à 7h30 :dent:

La suite n’est pas très belle! D’une part parce que nous avons eu autant de neige que les italiens du Piémont (Heureusement sans victime, mais des dégâts importants et pas d’électricité pendant plusieurs jours), et d’autres part parce que tous ces effort auront conduit à la victoire du fils de Dieu, Sébastien Ogier, sur 207 S2000 BF Goodrich...

Mais oui BORRRTEL (comme dirait Loriaux), on s’est gavé!!!!!!! 

Je suis pas un grand lecteur d'habitude, mais là pour selon que vous écrivez de gros pavés, c'est un régale de lire vos anecdotes, vous avez l'air d'avoir vécu de sacré expérience ou même " aventure " quand on lit le récit de Rick qui en plein milieu de la nuit va réveiller le chauffeur Michelin pour allé chercher le camion avec les voitures dedans ! 

Il n'y a qu'ici que je vois des histoires comme ça, c'est top ! 

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Cook a dit :

Je n'avais pas pu venir sur ces essais la "ZAGATOI" me l'avait raconté par la suite :mmm:

C'était quand meme excellent de gérer des séance à l'envers de d'habitude :bravo:

Par contre je pense que les 1er Runs tu devais bien stresser :rire:

C’était la 3eme année consécutive où je faisais rouler Boland, donc pour le fonctionnement des essais, j’étais habitué. 

Par contre, c’est sûr qu’avoir 2 autos sur 12km avec quasi que des fermeurs débutant n’avait pas aidé à me mettre très à l’aise :dent: 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You are posting as a guest. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
  • Who's Online   0 Members, 0 Anonymous, 17 Guests (See full list)

    There are no registered users currently online




×
×
  • Create New...