Jump to content

Recommended Posts

Le Safari Rally, tant vanté, a subi une métamorphose remarquable depuis sa création dans les années 1950, et avec ces changements, a adopté des noms différents au fil des éditions. 

055b33bfad0b7f5a94b86f65c776d3f2.jpg.355f8a12d522d8bc4e1aae30f18c0b29.jpg

Coronation Safari Rally, East African Safari Rally, Safari Rally, Malboro Rally, KCB Rally, et dernièrement Safari Rally Kenya sont les noms sous lequel le rallye, autrefois désigné le plus spectaculaire et le plus redoutable, a été connu ! 

Une idée est née

L'idée du Safari Rally a commencé lorsqu'une princesse a été déclarée reine, alors qu'elle passait ses vacances dans une cabane dans les arbres du célèbre Treetops Hôtel, sur les pistes d'Abadare, à Nyeri. À l'époque, deux passionnés de sport automobile, Eric Cecil et Neil Vincent, étaient impliqués dans un débat houleux sur un circuit de rallye ennuyeux appelé Langa, circuit de Langa qui impliquait, selon les termes de Vincent, de "tourner en rond et nulle part en particulier".

92f1a25c0b2bc788ad1c1bd2ed5a465e.thumb.jpg.4e059ce963305977505af9711f5d32e0.jpg

Cecil et Vincent firent une proposition au comité de compétition du rallye, plaidant pour un rallye longue distance, passionnant, aventureux, et qui rendrait hommage au nouveau couronnement de la reine Elizabeth. Le duo convaincu le comité et naquit alors le 1er Coronation Safari Rally. 

Coronation Safari Rally 

Le safari de 3 200 kilomètres de long, du 27 mai au 1er juin 1953, se courrait en 2 étapes. La première partait de Nairobi et allait à Morogoro Tanganyika (actuelle Tanzanie) pour revenir à Nairobi. La seconde consistait à faire Nairobi / Kampala (Ouganda), pour revenir à Nairobi. 

Les pilotes de rallye devaient faire signer un document spécial aux majors de Dar es Salaam, Kampala et Nairobi comme preuve de passage. L'équipage ayant pris le moins de pénalités était déclaré vainqueur.

Le Kenya était une destination populaire pour les pays du Commonwealth, et l'événement commençait à attirer l'attention. En 1957, le rallye obtenu le statut international, et dix ans plus tard, sa réputation s'était largement répandue, donnant à l'épreuve une envergure mondiale. Les constructeurs automobiles prirent l'événement au sérieux et se servirent du Safari Rally pour lancer leurs derniers modèles, notamment Mercedes Benz, Volvo, Mitsubishi, Ford Cortina, Ford Escort, Peugeot, Datsun, Toyota, Subaru, Fiat et Volkswagen.

17389593474ea2fe787b95558c8eaad3.thumb.jpg.3f4f6aa1ec05a2d33f86e3a97a20af69.jpg

Tendances changeantes

En 1960, lors des pourparlers sur l'indépendance du Kenya, les africains eurent l'autorisation pour la première fois, de s'engager à l'épreuve. Les premiers africains qui participèrent au huitième et dernier Coronation Safari Rally étaient Danson Kiunge et son copilote Karanja wa Njau, sponsorisé par Hughes Limited. 

Kiunge s'est souvenu dans une interview à quel point c'était difficile pour un Africain. Lorsqu'il est allé acheter sa voiture de rallye, une Peugeot 404 break, la vendeuse blanche n'arrivait pas à croire qu'un Africain puisse s'acheter une voiture. En guise de réponse, il lui déposa simplement sur son bureau, en espèce, les 6.000 shillings que coûtait sa 404, la KHA 41.

À l'époque, dit-il, la série de numéros d'enregistrement KHA venait d'être publiée et cela se traduisait par "Kenyatta Home Again". De nombreux Kényans riches, ajoute-t-il, ont acheté la série, ajoutant ainsi une saveur politique aux gains de la libération du Kenya. 

Un an plus tard, le Coronation Safari est devenu le East African Safari. Il était organisé par l'Association automobile du Kenya. En 1979, Kenya Safari Limited récupéra l'événement en le renommant « Safari Rally ».

De ces trois rallyes Safari, l'East African Safari Rally était le plus spectaculaire et le plus populaire. L'événement de quatre jours avait lieu pendant les vacances de Pâques et etait inscrit au Championnat du monde des rallyes (WRC). 

La ferveur des rallyes

Des anciens, des jeunes, des enfants, et des femmes à travers tout le Kenya (l'Ouganda et la Tanzanie pendant l'East African Rally Safari), tous se positionnaient au bord des chemins pour regarder les bolides monter en flèche les collines escarpées, voler dans les airs, filer à travers un virage, tourbillonnant à travers une vallée escarpée avec leurs moteurs rugissant et soulevant une épaisse poussière.  

Ils s'accrochaient à des falaises, au sommet d'arbres, sautaient devant les voitures arrivant à toute allure, sortaient dangereusement la tête de derrière un virage serré au son assourdissant d'une voiture de rallye ! Pour de nombreux spectateurs, la montée d'adrénaline provoquée par les voitures valait de longues heures d'attente, parfois dans l'obscurité de la nuit ou sous de fortes pluies.

large_slide_a.jpg.7f12362dee3ddcc54ed95f98316ac0b0.jpg

Michael Mwema, 72 ans, est un passionné de l'épreuve et sa mémoire rappelle de grands noms tels que Flying Sikh du Kenya (Joginder Singh, (trois fois vainqueur), Davinder Singh, Shekhar Mehta (cinq fois vainqueur). fort), Bjorn Waldegard, Sandro Munari, Carlos Sainz, Juha Kankunnen, Vic Preston Jr et des garçons locaux tels que Patrick Njiru, Kim Gatende et George Githu, entre autres, qui ont fait vibrer les spectateurs. 

850sxe7dy8451.thumb.jpg.5e5709849b9a933eacdc0d67e0f4e257.jpg

Il y avait aussi des femmes audacieuses. L'une était la flamboyante Orie Rogo Manduli (alors connue sous le nom de Mary Ondieki), sa copilote, Sylvia Omino, qui a été la première femme africaine à participer en 1974. 

Michael Miemwa raconte que le duo était là pour prouver que "ce qu'un homme peut faire, une femme peut aussi le faire, et même mieux!" Les deux femmes reçurent les hommages du premier président du Kenya, Mzee Jomo Kenyatta, dans leur toute nouvelle Mitsubishi Colt Gallant, au milieu des applaudissements de centaines de supporters. Leur entrée leur a valu le nom de "rally girls". 

DtUmGxkWwAAdb96.jpg.e0f2d04f6dd49d5ab84107fb2d3ad5d5.jpg

Médias et publicité

La publicité que l'événement a reçue année après année était palpitante. Kenya Broadcasting Corporation (KBC), anciennement Voice of Kenya (VoK) a diffusé l'événement en direct. Les ondes ont été inondées d'informations sur qui conduisait quel véhicule, les noms des pilotes et les pays d'origine ainsi que leur progression sur le parcours du rallye. 

La presse écrite réservait des pages phares comprenant un tableau que les lecteurs et passionnés de rallye pouvaient compléter en détail sur les performances des pilotes. Des reporters et des photographes couvraient l'événement 24 heures sur 24. 

15012691883_4cde606e4d_b.thumb.jpg.23608332fe8e9f966c4e394659871aff.jpg

Le rallye était retransmis à travers le monde aux radios et chaînes de télévision étrangères. Il offrit aux journalistes locaux et étrangers de prouver leurs prouesses par leur imagination, leur créativité en capturant « les moments safari du rallye ».

Les Kenyans, les invités internationaux et la communauté ont adoré le Safari Rally !

Une triste tournure

La disgrâce du Rallye a été dramatique et douloureuse. Tout d'abord, à la fin des années 1970, le rassemblement, victime de rivalités politiques régionales, était devenu une épreuve qui se disputait uniquement au Kenya, après le retrait de la Tanzanie et de l'Ouganda de l'événement. 

La plus grosse blessure est survenue après l'édition 2002, lorsqu'elle a été retirée du WRC en 2003 en raison de problèmes de sécurité, d'organisation et de financement. De nombreux Kenyans avaient l'impression qu'une part de leur âme leur avait été enlevée. Il n'y avait plus rien à attendre ou à s'enthousiasmer pour les vacances de Pâques, terminée l'opportunité pour les familles et les amis de se retrouver le long des routes du safari pour fêter la venue des meilleurs pilotes de la planète. 

East-African-Safari-Rally-1-1.thumb.jpg.3d5240b119949060387e844337fc77e7.jpg

Mais qui sait? Comme le dicton proverbial de renaître de ses cendres comme le phénix, les Kenyans n'abandonnent jamais. La clameur pour un retour du rallye au championnat du monde a été efficace. En 2019, le Kenya organisait avec succès un événement candidat lors du Safari Rally du 5 au 7 juillet, avec à la clé, une officialisation de l'épreuve au calendrier mondial pour l'année suivante. 

Malheureusement, l'édition dû être annulé à cause de l'épidémie de Corona-virus. Mais il y a une lumière au bout du tunnel et le Kenya peut enfin, 19 ans après la victoire d'un certain Colin McRae, revenir au devant de la scène en accueillant les équipes du championnat du monde des rallyes du 23 au 27 juin 2021. 

image_3063589_20210205_ob_102ae9_cropped-badge-2021-png.png.ae4b17a5ead5a353f6721fef1b89d417.png

Infos, horaires, et itinéraires sur ici.

Ne pas cliquer sur ce lien !

Link to post
Share on other sites
  • Replies 210
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Tiens, j'ai ajouté un nouveau smiley pour l'avenir 

Sophie la girafe  

Posted Images

Pour se donner une idée des spéciales 

Voici la 3/6 qui aura lieu vendredi

Voici la 8/11 qui aura lieu samedi

 

Et voilà la 16 qui aura lieu dimanche. Apparemment ça sera la plus cassantes du rallye

 

Ces vidéos sont tirés de cette article qui décrit toutes les spéciales

https://t.co/8BVnNBM80o?amp=1

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Rick a dit :

Si pisser dehors tu dois, petit chien de la chasse aux gorilles avec toi tu prendras :bloggif_605e33092da13:

J'avais raconté ici-même dans Parce qu'il n'y a pas que le rallye comment, sortant nuitamment de ma chambre dans un lodge de Tanzanie, ce qui était d'ailleurs interdit, je me suis retrouvé à mon grand effroi pas loin d'un beau lion mâle adulte sur la pelouse de l'hôtel ! :ninja:

Alors, je trouve que le Adrien derrière sa vitre, il la joue un chouïa petit bras ! :D:

Link to post
Share on other sites

Si les " potams " portent chance à fourmaux , je dit oui :bien:

Certes les hippo ont un physique ingrat , mais au final ça court vite et ça passe les gués sans problème , idéal pour un safari kenya :ange:  de plus il est costaud le popotam...pas comme les hyundai de cette année !!!

Edited by le lozérien
Link to post
Share on other sites

Au milieu de la savane africaine, parmi la faune sauvage qui peuple le Kenya, Dani Sordo cherche à retrouver le chemin du podium dans un Safari Rallye dans lequel il fait ses débuts après 16 saisons dans l'élite de la Coupe du monde. C'est ce que nous a dit celui de Puente San Miguel avant le début de l'épreuve africaine.

Après la déception de la Sardaigne, comment abordez-vous ce rallye ? 
J'aurais aimé arriver ici autrement, logiquement avec un meilleur résultat en Sardaigne. Mais ce sont des choses qui arrivent, c'était idiot. Si nous n'avions pas perdu de points, nous arriverions ici avec plus de confiance dans un rallye où il sera également très facile de faire un zéro.

Ce sera vos débuts dans le Safari, que pensez-vous des étapes ?
Les étapes sont très rapides, avec quelques zones plus étroites. Mais surtout il y aura des sections très rapides, avec de grandes lignes droites où les lignes à suivre sont assez marquées. Ce sera sans aucun doute un rallye compliqué et très rapide.

Est-ce un test qui ne ressemble à rien de ce que vous avez l'habitude de courir en Coupe du monde ?
Il y a des zones qui me rappellent un peu certaines parties de l'Argentine, très accidentées, ça donne un air. C'est comme le Rallye d'Argentine, mais en plus dur. Il y a de nombreuses sections dans lesquelles vous devrez faire très attention aux coupures, car ils ont placé des pierres pour les éviter, puis il y aura de la poussière en suspension et d'autres conditions qui en feront un rallye différent.

La voiture a-t-elle une préparation spéciale?
La vérité est que nous ne transportons rien de très spécial, avant le Safari avait beaucoup plus de kilomètres et cela vous obligeait peut-être à le faire, maintenant c'est un rallye plus similaire aux Européens mais au Kenya. Cela n'a pas grand-chose à voir avec le rallye d'avant.

Malgré ce que vous dites, êtes-vous particulièrement enthousiaste à l'idée de courir le Safari ?
Être ici est incroyable, le Safari est l'un des rallyes les plus historiques, avec beaucoup de noms, comme cela peut arriver à Monte Carlo. J'ai donc vraiment hâte d'être ici pour courir.

L'ordre de départ de vendredi sera-t-il aussi déterminant qu'il l'est habituellement dans d'autres épreuves sur terre ?
Je pense que la position de départ ne sera pas très importante, vraiment. Un facteur à prendre en compte sera la poussière, puisque nous passons par des zones de fesh-fesh comme celles du Dakar, aussi les ornières, qui seront très prononcées et les voitures se poseront. Ce sera compliqué, nous aurons beaucoup d'aventures. C'est un rallye différent, non seulement avec des pistes en pierre, il a des virages très courts, étroits et avec des pièges. Ce sera court, ce ne sera pas comme un Safari d'avant, mais ce sera très difficile.

Vous dites qu'il s'agit d'un petit Safari en référence à ceux du passé, pensez-vous que cela nous apportera bien des surprises malgré cela ?
Oui, parce qu'en ce moment en Coupe du monde ça va très vite. Pour moi, d'après ce que je peux voir, ce sera un rallye super rapide avec de très mauvaises zones où nous irons tous très vite. Ce ne sera évidemment pas un Safari d'autrefois, mais la philosophie des rallyes d'aujourd'hui n'est pas la même qu'il y a deux ou trois décennies.

Quelle sera la clé du rallye ?
Je crois sincèrement qu'il sera très important de garder un rythme bon mais sûr. Vous ne pourrez pas attaquer au maximum tout le temps car il y aura des endroits où il faudra savoir naviguer. Il y a beaucoup de sections que vous parcourez entre les parcelles et elles ont mis des pierres dans les intérieurs, qui peuvent changer avec le passage des voitures. Il faudra aussi avoir un peu de chance dans ce rallye si l'on veut se battre pour les positions de tête.

Qu'est-ce que votre patron, Andrea Adamo, vous a demandé pour cette course ?
Il n'y a pas de demande particulière, il est clair que nous devons finir les trois voitures le plus haut possible, mais cela n'a besoin d'être demandé par personne. Ce sera un rallye de loterie, dans lequel tout peut arriver à tous ceux qui courent. Évidemment, il faut essayer d'ajouter le maximum de points pour l'équipe.

Enfin : nous sommes en pleine saison et nous n'avons toujours pas de nouvelles de votre avenir. Que pouvez-vous nous dire?
La situation est la même qu'il y a quelques semaines, il n'y a rien de nouveau. Nous devrons essayer de bien le faire et gagner une place pour l'année prochaine.

Ne pas cliquer sur ce lien !

Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Mako a dit :

Sordo dit que c'est un rally "different" et parle de "loterie" , j'ai l'impression qu'il veut dire qu'en fin de compte ce ne sera pas un vrai rally. On sera vite fixé mais je ne serais pas surpris que l'on ait de bonnes occasions de rire aux depends de la FIA...

 

Il y a 11 heures, Mako a dit :

Si des engins aussi sophistiqués avec des appendices aero definis en soufflerie sont departagés par la dexterité des equipages à les desensabler du fesh-fesh, je crois que je vais passer un bon weekend moi !   :makinen:

Toute amitié gardée, je constate que tu as toujours une dent contre ce Safari qui n'a pas commencé, tandis que moi, je suis impatient de voir comment ça va se passer : il faut de tout pour faire un monde ! :clindoeil:

Et je ne vois pas matière à rire aux dépends de la FIA si un équipage arrache une roue sur un caillou masqué dans l'herbe, se farcit un zèbre ou bien se plante dans le fech-fech... :nope:

Pas davantage que lorsque quelqu'un esquinte une auto sur le terrain mal pavé d'El Condor en Argentine, perd deux minutes sur une erreur de pneus au Monte Carlo, ou y part en luge sur de la glace vive et se plante dans le fossé comme Neuville il y a deux ou trois ans dès l'ES 1. C'est la course et ses aléas et à l'heure où l'on se plaint des manches WRC formatées, je trouve qu'un peu de sang nouveau et la confrontation à des problèmes différents sont des choses rafraîchissantes. D'ailleurs, si tu vas sur les news de wrc.com, les pros sont plutôt enthousiastes face à ce nouveau défi et il n'y en a pas un seul qui crache dans la soupe !

Mais bon, chacun son avis. :D:

Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Zoréol a dit :

 

 C'est la course et ses aléas et à l'heure où l'on se plaint des manches WRC formatées, je trouve qu'un peu de sang nouveau et la confrontation à des problèmes différents sont des choses rafraîchissantes. D'ailleurs, si tu vas sur les news de wrc.com, les pros sont plutôt enthousiastes face à ce nouveau défi et il n'y en a pas un seul qui crache dans la soupe !

Mais bon, chacun son avis. :D:

Je suis en train de réviser mon jugement car effectivement, un peu de nouveauté ne fera pas de mal. Les ES dont @Tof a mis des vidéos seront très sélectives et pourquoi, du coup, n'aurait on pas une belle épreuve.

Wait and see, mais j'ai hâte...

Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Zoréol a dit :

 

Mais bon, chacun son avis. :D:

J'ai probablement tort et quelque part je le souhaite pour l’intérêt sportif de la chose, mais tout le monde glorifie ce retour du Safari sauf que ce n'est pas "le Safari " qui revient c'est autre chose . Un Safari nécessitait des voitures spécialement conçues pour l’épreuve et çà c’était bien. Si c'est pour faire un autre Portugal , Sardaigne ou Acropole pourquoi aller le faire à Nairobi ? A Nairobi il fallait faire une épreuve différente des autres. Tu dis " il faut de tout pour faire un monde " et tu te plains de toutes ces manches formatées, mais justement en voila une de plus ! On va donc avoir une épreuve qui ressemble aux autres et si elle est effectivement différente les voitures n'y seront pas adaptées. Je suis désolé d'un plateau WRC 2 avec une seule auto !

De mon point de vue il fallait faire une grosse épreuve très spécifique ou bien aller au Maroc.

Sinon je suis flatté de conserver ton amitié et de la réciprocité de la chose.

Link to post
Share on other sites
Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...



×
×
  • Create New...