Jump to content

Actualité du WRC en général


Recommended Posts

  • Replies 7.5k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Oui, c'est un grand émotif et c'est certainement ce qui lui a fait rater son épisode Citroën, sans parler du fait que la voiture était une merde.  Mais c'était son premier contrat officiel au plu

C'est bien cette nomination. Les pilotes TGR vont pouvoir rouler sans retenu. Parce que Latvala qui t'engueule parce que t'as cassé la voiture, ça fait pas crédible 

Le père Solberg etait un visionnaire en voulant faire rouler sa fiesta au jus de raisin , lui l'electrique il n'en voulait pas , c'est pour ça qu'il voulait couper tous les poteaux .

Posted Images

Il y a 1 heure, Vince a dit :

J'espère que l'on pourra le voir bientôt ce film ! Et s'il pouvait être sous titré se serait encore mieux !!

Ou alors tu peux toujours apprendre l'estonien :o

Révélation

A ce qu'il paraît, c'est une des langues les plus durs à apprendre au monde

Révélation

Bon courage :fleur:

 

Révélation

Edith : Pourquoi il y a plus le smiley :o ?

Révélation

Parce que j'aimais beaucoup le smiley :o

 

 

Edited by Tof
En bon français, il faut que je remplisse mon cota de ralage quotidien :o
Link to post
Share on other sites

Éric Camilli vise un retour en WRC

L'ancien pilote officiel M-Sport Ford World Rally Team Éric Camilli va redoubler d'efforts pour retrouver un volant en WRC dès la saison prochaine.

Leader sur quatre des cinq derniers rallyes dont il a pris le départ en WRC 2, Éric Camilli estime que ses efforts devraient lui permetre d'obtenir une deuxième chance en WRC.

Le Français de trente-et-un an a déjà piloté une Ford Fiesta RS WRC d'usine en 2016 avant de revenir au volant d'une R5 ces deux dernières années.

S'il est actuellement toujours sous contrat avec Volkswagen Motorsport, pour qui il a effectué une grande partie du développement de la Polo GTI R5 avant de lui offrir son baptême en compétition l'an dernier en Espagne, le Niçois a la permission du constructeur allemand de chercher d'autres offres. 

« C’est fantastique de piloter et de faire des essais avec Volkswagen », a-t-il confié à WRC.com. « Malheureusement, ils ne peuvent pas m’offrir de programme. Ils m’ont donc dit qu’ils ne retiendraient pas si j’avais l’occasion de piloter ailleurs. J’ai vraiment envie de revenir plus fort qu’avant. Je sais que je peux toujours progresser. Je n’ai pris qu’une soixantaine de départs dans ma carrière et l’on sait tous que la performance vient avec l’expérience. »

15946_EricCamilli-Corsica-2019_002_592x3

Éric Camilli dominait les débats avant qu'un incendie ne termine prématurément son Tour de Corse.

Le mois dernier en Corse, Éric Camilli a dominé la catégorie WRC 2 en remportant dix des onze spéciales dont il a vu l'arrivée avant que sa Volkswagen Polo GTI R5 préparée par BMA ne prenne feu dans la second passage sur Castagniccia (47 km).

« La Corse était mon premier rallye depuis l’Espagne l’an dernier », a-t-il ajouté. « C’était bien de revenir et de signer de tels temps. Je sais ce dont je suis capable et je veux revenir au sommet. Je me bats et j’attaque autant que possible pour y arriver. Nous verrons ce que nous pouvons faire comme je parle avec beaucoup d’équipes pour faire plus de rallyes cette année. »

Il admettait aussi que la cause de l'incendie ayant détruit sa voiture restait un mystère.

« L’équipe enquête toujours. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, c’est arrivé sans prévenir. Après vingt-cinq kilomètres, j’ai senti de la fumée, donc j’ai ralenti pour regarder dans mes rétroviseurs, mais le feu s’est tout de suite propagé et il était déjà trop tard pour le circonscrire. »

Link to post
Share on other sites

Michèle Mouton veut un parcours « plus rude » pour le Safari Rally

Invitée durant une semaine à découvrir le parcours du Safari Rally 2019, Michèle Mouton souhaite préserver le caractère unique de l'épreuve africaine en vue de son possible retour en WRC en 2020.

Au rapport ! Les organisateurs du Safari Rally du Kenya ont reçu la visite de Michèle Mouton à la mi-avril 2019 afin d’évaluer le parcours de l’épreuve africaine. La mythique épreuve souhaite faire son retour dans le Championnat du monde des rallyes (WRC) dès 2020. 

Responsable de la sécurité des manches WRC pour la Fédération Internationale de l’Automobile, Michèle Mouton a pu analyser la route du Safari Rally 2019 (5-7 juillet). L’épreuve doit s’ouvrir avec une super spéciale de 4,5 kilomètres tracée dans le stade Kasarani dans la capitale du Kenya, Nairobi. 

 

Par la suite, l’ancienne pilote officielle Audi en Mondial a inspecté les chemins tracés dans les zones de Naivasha, Soysambu, Nakuru et Baringo, situés dans la province de la vallée du Rift. Le décor y serait digne d’une carte postale, avec des paysages de savane au pied du mont Longonot. 

La patronne de la Commission des Femmes en Sport Automobile pour la FIA (Women in Motorsport Commission) a donné un avis encourageant. « La route est parfaite, mais pourrait être davantage améliorée pour la rendre encore plus rude pour les concurrents, tout en gardant à l’esprit la sécurité », indique un communiqué de l’organisation. 

 

« Sa volonté est de voir le Safari Rally comme un réel test pour les hommes et les machines », poursuit le texte officiel. « Évidemment, l’Afrique mérite une manche du WRC, et je souhaite aux organisateurs kenyans bonne chance dans leurs efforts », complète celle qui avait fini l’édition 1983 du rallye à la troisième place. 

Michèle Mouton reviendra au Kenya et conduira le véhicule ouvreur avant le Safari Rally à l’été prochain. 

Medhi Casaurang-Vergez

Publié le 15-04-2019 14:20

Link to post
Share on other sites

Toyota envisage de construire une R5 pour le WRC2

 
 

Toyota envisage de construire une R5 pour le WRC2

La marque japonaise, Championne du monde en titre en WRC, prévoit d'aligner une voiture dotée d'une spécification R5 en WRC2, comme l'a expliqué Tommi Mäkinen.
 

Toyota est pour l'heure le seul des quatre constructeurs engagés en WRC à ne pas aligner de voiture dans la catégorie R5, qui a vu le jour en 2014. Cette absence s'explique en partie par le manque de moteur 1600cc dans la gamme de voitures de tourisme de la marque japonaise. Une lacune qui pourrait bien vite être comblée par l'apparition d'un nouveau modèle.

 

"Nous sommes en train de mener une étude en ce moment", a déclaré Tommi Mäkinen. "Mais c'est dans les plans [que de construire une R5]. Nous nous attendons à avoir une autre voiture avec un nouveau moteur, et c'est ce dont nous avons besoin. Mais nous devons attendre l'homologation et la production en nombre de celui-ci [le moteur], pour qu'il soit disponible. Ce sera un projet intéressant et une bonne façon pour voir d'autres Toyota concourir partout dans le monde. Nous avons su par le biais de la FIA que cette catégorie n'allait pas changer, ce qui est une bonne nouvelle car c'est une bonne discipline."

Mäkinen a par ailleurs confirmé que le dessin et les travaux de développement seraient menés par son groupe, à la fois à Puppolla en Finlande et à Tallinn, en Estonie. "Nous allons utiliser une grande part des connaissances que nous avons pu tirer de notre voiture WRC", reprend le patron de l'équipe Toyota. "Les travaux de dessin sont prévus ici et avec Toyota Motor Corporation (TMC) et Toyota Motorsports (TMG)."

 

Des sources ont laissé entendre que le modèle de la Yaris serait disponible dans sa spécification R5 en 2021. La Skoda Fabia R5 a pour sa part remporté le championnat WRC2 chaque année depuis son apparition en 2016.

La Ford Fiesta de M-Sport s'est aussi avérée une voiture populaire et victorieuse, alors que les Citroën C3 R5, Hyundai i20 R5 et Volkswagen  polo GTI R5 ont récemment été également introduites.

Le championnat a été divisé cette année, avec une catégorie "Pro" pour les R5 d'usine, alors que les WRC2 restent dédiées uniquement aux privés. Le WRC2 Pro est actuellement mené par le pilote polonais Lukasz Pieniazek sur Ford Fiesta, alors que Ole Christian Veiby (sur Polo R5) mène le WRC2.

https://ch-fr.motorsport.com/wrc/news/toyota-construction-r5-wrc2/4372453/?utm_source=email&utm_medium=ch_fr&utm_campaign=news_alerts&utm_content=

Link to post
Share on other sites

Ogier rêve d’accrocher l’Argentine à son palmarès

 

Sébastien Ogier se prépare à disputer le Rallye d’Argentine, une épreuve qu’il n’a encore jamais remportée. Le pilote Citroën pourrait cette fois-ci être dans de meilleures dispositions.

 

Ogier rêve d’accrocher l’Argentine à son palmarès Sébastien Ogier sur sa Citroën C3 WRC au Rallye du Mexique 2019 / Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Malgré ses 46 victoires en WRC, Sébastien Ogier ne s’est encore jamais imposé au Rallye d’Argentine. Le sextuple champion WRC aura l’opportunité d’accrocher cette épreuve à son palmarès la semaine prochaine en revenant avec Citroën dont le dernier succès sur ce terrain remonte à 2015 avec le succès de Kris Meeke.

Sébastien Ogier aura en effet l’avantage de partir en deuxième position sur la route dans la première étape, derrière le leader du championnat Thierry Neuville (Hyundai).

« Si je ne me suis encore jamais imposé en Argentine, c’est une épreuve que j’apprécie, et où je me suis souvent montré performant par le passé, c’est pourquoi je l’aborde avec les mêmes velléités que d’ordinaire. Je dirai même que je ressens un léger surcroît d’envie, à l’idée d’essayer de remporter ce rallye pour la première fois, et avec Citroën. D’autant que ma deuxième place dans l’ordre des départs m’autorise plus d’espoirs que sur les éditions précédentes », explique le Gapençais.

« Le profil de pistes utilisées est très varié, mais je dirai que sa spécificité, c’est avant tout qu’il est assez cassant par endroits, au point qu’il faut parfois penser à préserver sa monture, tout en continuant à aller vite », précise le Tricolore.

Son coéquipier Esapekka Lappi devra encore parfaire son apprentissage puisqu’il n’a découvert le Rallye d’Argentine que l’an dernier, en finissant au 8e rang quand il défendait encore les couleurs de Toyota.

« Avec une seule participation à mon actif sur ce rallye qui change peu d’année en année, je ne pars pas a priori avec un avantage face à la concurrence, note le Finlandais. D’un autre côté, je disposerai d’une place intéressante dans l’ordre de départs, et j’entends bien capitaliser sur ma première course prometteuse avec C3 WRC sur la terre du Mexique, pour ramener le meilleur résultat possible d’Argentine. J’ai le souvenir de spéciales plutôt jolies, même s’il faudra faire attention à leurs innombrables pierres enchâssées qui constituent autant de risques de crevaisons. »

Citroën espère retrouver du rythme sur la deuxième manche sur terre de la saison après avoir remporté la victoire au Mexique avec Sébastien Ogier. Le constructeur aux Chevrons s'est imposé à dix reprises en Argentine.

« Nous retrouvons la terre avec l’espoir d’y afficher la même compétitivité qu’au Mexique et continuer ainsi notre moisson de podiums cette année. Nous savons toutefois combien le terrain argentin peut s’avérer exigeant pour les mécaniques, aussi nous abordons cette manche avec application et humilité », insisite le directeur de Citroën Racing Pierre Budar.

 

Jacques-Armand Dupuis
 
Link to post
Share on other sites

Neuville et Hyundai décidés à capitaliser en Argentine

Nouveaux maîtres du championnat depuis leur victoire en Corse, le pilote belge et l'équipe coréenne espèrent bien poursuivre sur leur lancée lors de la prochaine manche en Amérique du Sud

Il souffle un vent d'optimisme renouvelé chez Hyundai depuis la victoire de Thierry Neuville sur la dernière manche, à l'occasion du Tour de Corse. Ce succès a en effet permis au constructeur coréen d'effacer, en tout cas en partie, les doutes qu'avait pu susciter un début de saison laborieux sur la compétitivité de la i20 WRC.

 

Mais avec ce triomphe sur l'île de Beauté, Hyundai est parvenu à faire coup double, prenant à la fois les commandes du championnat des pilotes par l'intermédiaire de Neuville donc (le Belge devance de deux points Sébastien Ogier, et de cinq Ott Tänak, dans la bataille à trois pour le titre qui est en train de se dessiner) mais aussi de celui des constructeurs (Citroën étant relégué à 12 unités).

Link to post
Share on other sites

WRC : l'électrification peut-elle sauver le championnat du monde des rallyes ?

La nouvelle formule du championnat du monde des rallyes (WRC) devrait autoriser le développement de moteurs hybrides. A défaut, Citroën menace de se retirer d'une compétition qui ne reflète pas les évolutions de l'automobile. Hyundai est sur la même ligne.

 

C'est au Salon de Genève que Linda Jackson, directrice de Citroën, a affirmé sa volonté de faire entrer le championnat du monde des rallyes dans une nouvelle ère. "Tout change, et je ne vois pas comment, en tant que constructeur, je pourrais continuer à encourager un championnat qui ne reflète pas les évolutions de la société", a-t-elle déclaré à nos confrères britanniques d'Auto Express

https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/wrc-le-championnat-du-monde-des-rallyes-bientot-electrique_653279

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You are posting as a guest. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...



×
×
  • Create New...